NOUVELLES

Le dirigeant de BlackBerry juge exagérées les nouvelles de la mort de la firme

02/12/2013 03:58 EST | Actualisé 01/02/2014 05:12 EST

TORONTO - Le chef de la direction par intérim de BlackBerry (TSX:BB), John Chen, a affirmé lundi que les nouvelles de la mort de l'entreprise étaient «grandement exagérées».

M. Chen, ancien chef de la direction de Sybase, a écrit dans une lettre envoyée aux clients que BlackBerry retournait aux sources, ayant fait le choix de fournir des appareils et services aux utilisateurs des milieux d'affaires.

M. Chen s'est vu confier les fonctions de chef de la direction par intérim de BlackBerry à la suite de l'échec de négociations en vue de l'éventuelle vente de la société de Waterloo, en Ontario, le mois dernier.

Il a affirmé dans la lettre que l'entreprise était au courant que «BlackBerry n'est pas pour tout le monde».

BlackBerry a rapidement perdu sa place de numéro un du marché du téléphone intelligent à la suite du lancement en 2007 de l'appareil à écran tactile iPhone d'Apple.

M. Chen a indiqué que la concurrence menaçait BlackBerry, mais que l'entreprise était bien vivante.

Le dirigeant a affirmé que BlackBerry disposait d'importantes sommes d'argent, ajoutant qu'il entendait recentrer la société sur quatre secteurs, incluant celui des combinés.

L'analyste Colin Gillis, de BGC, a estimé nécessaire l'envoi d'une lettre afin de rassurer la clientèle.

La mise en marché des plus récents appareils de BlackBerry s'est soldée par un échec. L'entreprise a annoncé en septembre qu'elle inscrirait à ses résultats financiers des pertes de près de 1 milliard $ relativement aux téléphones invendus.

Le fabricant a récemment annoncé la mise à pied de 4500 personnes, soit 40 pour cent de sa main-d'oeuvre, et a fait état d'une perte trimestrielle de près de 1 milliard $.

«Ils sont sérieusement ciblés. Leurs clients sont à prendre», a déclaré M. Gillis.

Se concentrer sur les utilisateurs des milieux d'affaires est probablement la seule stratégie qui reste à BlackBerry, a par ailleurs indiqué l'analyste.

«C'est une entreprise beaucoup plus petite. C'est un joueur qui occupe un créneau spécialisé. Vous pouvez fabriquer des téléphones pour les gens de ce créneau. Vous pouvez avoir une bonne petite entreprise», a-t-il ajouté.

«Il n'y a pas vraiment de bon appareil à clavier disponible. Certaines personnes aiment les claviers. En ce qui me concerne, je n'aime pas taper sur du verre», a aussi affirmé M. Gillis.

M. Gillis a dit s'attendre à ce que M. Chen soit nommé sous peu au poste de chef de la direction de BlackBerry car il ne se comporte pas tel un chef de la direction par intérim.

«Il signe toutes ces choses comme le ferait un chef de la direction», a-t-il observé.

Les actions de BlackBerry ont terminé la séance de lundi à 6,80 $ à la Bourse de Toronto, en hausse de 9 cents par rapport à leur précédent cours de clôture.

PLUS:pc