NOUVELLES

Mise en valeur des alcools d'ici : des producteurs se sentent abandonnés

01/12/2013 03:31 EST | Actualisé 30/01/2014 05:12 EST

Des producteurs de liqueurs et d'alcools à base de petits fruits se sentent laissés-pour-compte à la suite de la récente annonce faite par le gouvernement Marois au sujet de la nouvelle stratégie de mise en valeur des produits québécois.

Vendredi, le gouvernement provincial s'est engagé à verser 4,3 millions de dollars pour bonifier une mesure d'appui à la commercialisation des vins québécois pour les trois prochaines années.

De plus, la Société des alcools du Québec (SAQ) réservera une place plus importante aux vins de raisins québécois dans ses succursales.

Le hic, fait remarquer Catherine Monna, liquoriste et productrice à la maison Cassis Monna et filles de l'île d'Orléans, c'est que les producteurs d'alcools à base de petits fruits et de liqueurs sont exclus de la nouvelle stratégie mise en place par le gouvernement Marois.
Le programme, qui versera 4,70 $ la bouteille aux producteurs, ne s'adresse qu'à ceux qui produisent du vin de raisin. Or, la majorité des producteurs québécois ne produisent pas de vin.

Catherine Monna fait valoir que les producteurs de liqueurs et d'alcools à base de petits fruits méritent le même traitement que ceux qui produisent du vin de raisin. « La diversité québécoise, qu'on parle d'un terroir, d'une identité forte québécoise, ça passe par les vins de petits fruits, d'érable, de toutes sortes, qui font notre caractère particulier ici au Québec », plaide-t-elle.

Catherine Monna trouve dommage que le gouvernement Marois n'ait pas « pensé globalement » et lui reproche d'avoir mis en place une politique « en réaction à un lobbying précis », faisant référence aux vignerons québécois, qui se sont adressés en octobre dernier au gouvernement pour demander une modernisation des lois.

Un programme pour une poignée de producteurs

Le son de cloche est le même du côté de Charlotte Reason, présidente des Vignerons indépendants du Québec.

Cette dernière fait remarquer que l'aide gouvernementale ira seulement aux producteurs de vins certifiés. Or, cette certification est offerte uniquement aux membres de l'Association des vignerons du Québec. Selon Charlotte Reason, le programme ne favorise qu'une poignée de producteurs.

« Si on recense simplement les produits qui sont à la SAQ, les produits du terroir, il y a en 586 qui proviennent du Québec et il y en a seulement 14 qui sont des vins certifiés du Québec. Alors, il y aura 14 élus du programme Marois », déplore-t-elle.

Les vignerons indépendants et les producteurs d'alcools à base de petits fruits et de liqueurs devraient se réunir dès la semaine prochaine pour exercer des pressions sur le gouvernement.

PLUS:rc