NOUVELLES

Les militants de Québec solidaire sont prêts pour la prochaine élection générale

01/12/2013 05:50 EST | Actualisé 31/01/2014 05:12 EST

Au terme du conseil national de leur parti à Sherbrooke, les ténors de Québec solidaire ont affirmé être fin prêts pour le prochain rendez-vous électoral provincial.

Selon la porte-parole parlementaire et députée de Gouin, Françoise David, sa formation constituera alors l'unique choix possible pour certaines tranches bien précises de la population, soit les souverainistes, les progressistes et les écologistes.

D'ici à ce que les citoyens retournent aux urnes, Mme David entend encourager le gouvernement à regarnir ses coffres en misant sur de « nouveaux revenus ».

Par exemple, elle a la ferme intention de lui proposer « d'instaurer de vraies redevances minières » ou encore « d'autres paliers d'impôts pour les contribuables les plus riches ».

À ses yeux, l'adoption de telles solutions conduirait à « une réduction des inégalités » entre les démunis et les plus fortunés.

Pour l'autre porte-parole de Québec solidaire, Andrés Fontecilla, le rétablissement d'un climat économique sain passera également par un grand virage.

À son avis, la province devra prendre les moyens nécessaires pour se défaire de ce qu'il qualifie de « dépendance au pétrole » et miser plutôt sur « l'or vert ».

En utilisant cette expression, M. Fontecilla renvoie entre autres aux filières éolienne et solaire.

D'après lui, en tablant sur de pareilles formes d'énergie « dignes du 21e siècle », il sera possible de mettre un terme au « statu quo qui profite à des compagnies comme Enbridge ou TransCanada ».

Le conseil national de Québec solidaire s'est tenu à Sherbrooke de vendredi à dimanche. Quelque 150 membres étaient présents, selon les organisateurs.

Françoise David a affirmé être « très contente » de cette participation et a salué la motivation des militants qui provenaient, selon elle, d'un peu partout dans la province.

Elle espère maintenant qu'ils contribueront à faire circuler le message de Québec solidaire à l'extérieur de Montréal.

Mme David a affirmé que son parti commence à prendre racine en dehors de la métropole, mais que le boulot est loin d'être fini.

« Il faut que les gens des régions sachent qu'on a des choses à proposer sur les forêts, les mines, l'agriculture, l'eau, etc. », a-t-elle lancé.

Pour faire circuler ce message, des associations de circonscription devront continuer à être progressivement implantées.

À ce stade-ci, Québec solidaire en compte environ 75. D'après Mme David, c'est « un pas en avant », car il n'y en avait qu'une soixantaine il y a deux ans à peine.

Même si le degré d'organisation de ses troupes n'est pas le même partout dans la province, Françoise David avance, d'ores et déjà, que sa formation comptera des candidats dans l'ensemble des circonscriptions durant la prochaine campagne électorale.

Elle a ajouté qu'à cette occasion, des membres de son équipe pourront sillonner le Québec à bord d'un autobus de campagne en compagnie de représentants des médias, pour la toute première fois de l'histoire de Québec solidaire.

La Presse Canadienne

PLUS:rc