NOUVELLES

Hochelaga-Maisonneuve : le vandalisme dénoncé, un comité créé

01/12/2013 08:14 EST | Actualisé 31/01/2014 05:12 EST

Des élus, des commerçants et des organismes communautaires d'Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal, ont décidé lors d'une rencontre, dimanche, de créer un comité de travail pour étudier les effets de la revitalisation du quartier sur les résidents les plus pauvres.

Ils ont adopté du même coup une déclaration pour dénoncer les actes de vandalisme commis cette semaine contre de petits commerçants et contre une coopérative de travailleurs. Les vitres de quatre restaurants de l'arrondissement ont été fracassées avec des briques.

Enroulé autour des briques, un message dénonçait « l'embourgeoisement » du secteur et accusait les commerçants d'être des « collaborateurs de la gentrification » du quartier. La missive disait aussi qu'ils n'étaient « pas en sécurité dans le quartier ».

Le Service de police de la Ville de Montréal se penche sur cette affaire depuis mercredi dernier. Aucune arrestation en lien avec ce dossier n'a été effectuée jusqu'ici et les policiers n'ont toujours pas établi de description des suspects.

Ce n'est pas la première fois que de tels incidents se produisent dans Hochelaga-Maisonneuve. Au printemps dernier, deux autres commerces ont été attaqués et des propriétaires de condos ont vu apparaître des graffitis haineux sur leurs édifices.

Pour Carole Poirier, la députée d'Hochelaga-Maisonneuve dont les bureaux ont aussi été ciblés cet automne par des vandales, cette situation est inacceptable. Elle se dit très fâchée, elle qui aime à penser que son quartier est inclusif.

Selon elle, les gens d'affaires ciblés ne sont pas « de grands capitalistes », mais de « petits entrepreneurs ».

La rencontre perturbée

La rencontre de dimanche réunissait une centaine de citoyens. Elle a été perturbée à quelques reprises par deux ou trois personnes. « Probablement des anarchistes », selon le maire de l'arrondissement, Réal Ménard. Ce dernier  a également rappelé que 5000 condominiums avaient été construits depuis 10 ans, ainsi que 1000 logements sociaux, soit un ratio de 20 %.

De son côté, la députée fédérale néo-démocrate d'Hochelaga, Marjolaine Boutin-Sweet, donne raison à ceux qui demandent davantage de logements sociaux et dit que la ligne est mince entre « revitalisation » et « embourgeoisement ». Mme Boutin-Sweet est porte-parole en matière de logement pour le NPD.

Mais pour Jonathan Aspireault-Massé, du comité logement d'Hochelaga, ce n'est pas assez. « Aujourd'hui, on se rend compte que même avec un chèque d'aide sociale on peut plus se payer un trois et demi. Ça a des conséquences et pour nous c'est une violence économique. Et on trouve ça dommage que pour quatre vitres pétées, on a ce branle-bas de combat là », dit-il.

M. Aspireault-Massé réclame un moratoire sur la construction de condos.

Avec un reportage de René Saint-Louis

PLUS:rc