NOUVELLES

Accident mortel à Cap-Pelé : la communauté éplorée

01/12/2013 11:11 EST | Actualisé 31/01/2014 05:12 EST

La mort de quatre jeunes hommes de Cap-Pelé, survenue samedi lors d'un accident de la route sur la route 115, à Notre-Dame, a profondément bouleversé la petite communauté. 

Trois des quatre victimes ne portaient pas leur ceinture, au moment de la collision. Ils ont été éjectés du véhicule. Les quatre sont morts sur les lieux de l'accident. 

La GRC refuse de dévoiler, pour le moment, l'identité des victimes.

Plusieurs amis sont venus se recueillir sur les lieux. « C'est très difficile », a confié Émilie O'Brien, une amie des victimes. « Nous avons grandi ensemble, et voir un de tes meilleurs amis mourir, c'est très dur ». 

« Toute la communauté est sous le choc », a mentionné la mairesse de Cap-Pelé, Debbie Dodier, qui connaissait bien certaines des victimes. « Quatre familles ont perdu leur enfant, mais de nombreuses autres familles sont touchées par cet accident ».

« C'étaient de très bons garçons, des garçons normaux, a-t-elle ajouté. Des garçons qui aimaient jouer au hockey, faire du vélo hors-piste. Ils étaient comme tous les autres garçons de leur âge ».

La mairesse demande d'ailleurs aux citoyens de s'abstenir d'allumer leurs lumières de Noël, et ce, jusqu'aux funérailles.

L'école Donat-Robichaud, de Cap-Pelé, et la polyvalente Louis-J.-Robichaud, de Shédiac, ont ouvert leurs portes dans la journée de samedi et le feront de nouveau, dimanche après-midi, pour accueillir les jeunes nécessitant du soutien psychologique.

« Pour accueillir justement les élèves qui sentiraient le besoin de se recueillir ensemble pour faire face à l'évènement ensemble. On va avoir un groupe d'enseignants qui va être ici, on va avoir également quelques intervenants du Centre de crise et de ressources familiales de Shédiac, notre psychologue scolaire, notre conseiller en orientation, pour accompagner les jeunes là dedans », a expliqué le directeur de la polyvalente, Luc Michaud.

Ce n'est pas la première fois que la route 115 fauche des vies. La route, dont la limite de vitesse est fixée à 80 kilomètres à l'heure, est souvent utilisée comme « piste de course », selon un résident, Charlie Lewis. « Les gens roulent à 120, 140 kilomètres à l'heure. Ils devraient agir pour empêcher les gens de conduire comme des maniaques », affirme-t-il. 

Depuis 1999, une vingtaine de décès relativement à un accident de la route sont survenus sur la 115. D'ailleurs, en 2007, une histoire tristement similaire à celle de samedi s'y était déroulée : quatre adolescents de 16 ans perdaient la vie lorsque leur véhicule est entré en collision avec une voiture qui roulait en sens inverse. Le jeune conducteur avait alors tenté un dépassement illégal.

PLUS:rc