NOUVELLES

Manifestation mortelle en Thaïlande

30/11/2013 04:20 EST | Actualisé 29/01/2014 05:12 EST

Une manifestation violente entre les opposants et les partisans du gouvernement thaïlandais a fait au moins un mort par balle, ainsi que 21 blessés à Bangkok, samedi.

Malgré les appels au calme, les adversaires de la chef du gouvernement Yingluck Shinawatra ont attaqué un autobus qui transportait des « chemises rouges »,  fidèles au gouvernement en place. La situation aurait dégénéré à l'extérieur d'un stade où étaient rassemblés environ 70 000 partisans de la première ministre Yingluck.

Selon les forces policières, environ 10 000 opposants au gouvernement avaient pris part aux manifestations, répandues partout dans la capitale.

La police, qui était dépassée par les événements, a dû faire appel à l'armée. Environ 3000 soldats accompagneront dimanche les policiers dans leur travail afin d'assurer « la paix et la stabilité ». 

Bien que le calme semblait être revenu dans la capitale vers minuit, les adversaires du gouvernement ont promis d'autres manifestations dans la journée de dimanche. « Le 1er décembre sera le jour de la victoire », a lancé Suthep Thaugsuban, leur principal porte-parole et ancien vice-premier ministre du pays.

Mobilisation depuis un mois

Les opposants du gouvernement sont mobilisés depuis plus d'un mois pour protester contre la chef du gouvernement Yingluck Shinawatra et son frère Thaksin, un ancien premier ministre qui a été chassé du pouvoir en 2006 par un coup d'État. Bien qu'il soit en exil à Dubaï, aux Émirats Arabes Unis, Thaskin demeurerait très influent auprès de sa sœur.

L'élément déclencheur des manifestations a été la proposition d'un projet de loi d'amnistie, qui aurait permis, selon les opposants, le retour de Thaskin au pays, lui qui est accusé de corruption et d'abus de pouvoir. Le texte de loi a été rejeté par le Sénat, ce qui n'a pas empêché l'opposition de s'organiser afin de réclamer la tête de la première ministre.

Dimanche dernier, plus de 150 000 manifestants avaient déferlé dans les rues de Bangkok.

Un nouveau conflit

La Thaïlande est le théâtre de plusieurs conflits politiques depuis plusieurs années. Depuis l'établissement de la monarchie constitutionnelle en 1932, 18 coups d'État ont été perpétrés.

En 2010, les tensions entre les fidèles de Thaksin et ses adversaires avaient causé la mort de 90 personnes, en plus de faire 1900 blessés.  

Le pays est profondément divisé entre les populations rurales et urbaines défavorisées, qui appuient Yingluck Shinawatra, et les élites monarchistes de la capitale, qui voudraient renverser son gouvernement.

PLUS:rc