NOUVELLES

Le Canadien complète le «Movember» en faisant la barbe aux Maple Leafs 4-2

30/11/2013 10:08 EST | Actualisé 30/01/2014 05:12 EST

MONTRÉAL - Le Canadien a complété le «Movember» en beauté, samedi, en faisant la barbe aux Maple Leafs de Toronto 4-2, au Centre Bell.

Max Pacioretty, ses huitième et neuvième, en plus d'une passe, P.K. Subban, avec lui aussi une passe, et Tomas Plekanec ont été les marqueurs du Tricolore (15-9-3), qui a doublé ses ennemis jurés au classement. Pacioretty a obtenu sept buts dans ses huit dernières périodes jouées à Montréal.

«Quand il joue avec confiance, il est un rouage important, un de nos meilleurs attaquants, a affirmé Subban. Ce n'est pas pour rien qu'il a été le meilleur marqueur de l'équipe au cours des deux dernières saisons. Il peut tout faire sur la glace. Il possède un des meilleurs lancers des poignets de toute la ligue.»

James van Riemsdyk et Mason Raymond ont réussi les filets des Maple Leafs (14-10-3), qui n'ont pas gagné dans leurs quatre derniers matchs (0-2-2).

Carey Price, auteur de 34 arrêts, a remporté son duel contre le Québécois Jonathan Bernier, qui a bloqué 35 lancers.

«Nous devons retrouver notre petite étincelle, l'enthousiasme de jouer au hockey et notre touche à l'attaque, a commenté Bernier. C'est ce que nous faisions en début de saison.»

Le CH récolté 17 points sur une possibilité de 28 en novembre, grâce à une fiche de 7-4-3.

Du gaspillage!

Le Canadien a présenté un visage différent, avec Rene Bourque de retour au jeu ainsi que le dur à cuire George Parros et le défenseur Douglas Murray dans la formation.

Ça ne l'a pas empêché d'imposer le rythme d'entrée de jeu et de dominer la presque totalité des 40 premières minutes de jeu.

«Les gars étaient gonflés à bloc, ça se voyait dans le vestiaire avant la rencontre, a souligné l'entraîneur Michel Therrien. Nous l'avons démontré dès le début. C'est une belle victoire d'équipe. Le mérite revient à tout le monde.»

«Nous voulions montrer aux Maple Leafs que nous étions une équipe différente par rapport à leur première visite ici», a ajouté Pacioretty.

Mais après avoir pris les devants 4-0, il a vu les Leafs marquer deux fois en l'espace de 22 secondes à la 39e minute. Du beau gaspillage!

Filant comme une fusée, Pacioretty a inscrit les premier et quatrième filets: le premier en supériorité numérique, à la 58e seconde en début de match, le second en infériorité, à 17:22 du deuxième tiers.

Subban avait fait 2-0 en première période, à 16:13, trompant la vigilance de Bernier à l'aide d'un tir des poignets.

En deuxième, après un combat inutile entre Parros et Colton Orr, Plekanec avait triplé l'avance des siens, à 15:05, complétant la belle passe de Daniel Brière.

Plus rapide et combatif, le Tricolore était partout sur la glace. Les visiteurs avaient peine à suivre et ils ne profitaient pas de bonds favorables.

Dion Phaneuf s'est vu refuser un but au début du premier vingt, l'arbitre ayant jugé que l'attaquant van Riemsdyk avait gêné Price.

Au tout début de la deuxième, Phil Kessel a raté l'ouverture béante, son revers heurtant le poteau à la gauche de Price.

À 18:10 de la deuxième, peu de temps après le but de Pacioretty, qui a fait mal paraître le défenseur Carl Gunnarsson et le gardien Bernier, van Riemsdyk a habilement soulevé le disque dans la partie supérieure, à courte distance.

Vingt-deux secondes après la remise en jeu, Raymond a concrétisé un retour de lancer près de Price.

«Habituellement, ça fait mal quand on accorde deux buts en fin de période. Mais de revenir au vestiaire et d'avoir la chance de faire le point nous a été bénéfiques», a dit Pacioretty.

Galchenyuk en pénitence

En troisième, les Maple Leafs ont affiché plus de mordant. Price a vu à ce qu'ils ne se rapprochent pas au score.

Le Canadien a tenu le coup en infériorité numérique, avec un peu plus de quatre minutes à écouler.

Therrien a passé un message d'insatisfaction au jeune Alex Galchenyuk en le clouant au banc pendant toute la période.

«Je n'ai pas apprécié la pénalité qu'il a écopée vers la fin de la deuxième période, en zone offensive. Ce n'était pas la première fois que ça lui arrivait et nous en avions discuté avec lui, a expliqué l'entraîneur. Ça fait partie de son apprentissage, c'est normal pour un jeune de 19 ans. Il va réagir de la bonne façon et revenir plus fort, je n'ai aucune inquiétude.»

PLUS:pc