NOUVELLES

Une rencontre « correcte » avec le maire Labeaume, dit Jean Gagnon

29/11/2013 01:06 EST | Actualisé 28/01/2014 05:12 EST

Le président du Syndicat des fonctionnaires municipaux de la Ville de Québec, Jean Gagnon, n'a pas manifesté un grand enthousiasme à la sortie de son entretien avec Régis Labeaume, vendredi matin.

Il a néanmoins qualifié de « positive » et « correcte » sa rencontre avec le maire de Québec.

« On s'est dit ce qu'on avait à se dire. Je pense que ça faisait longtemps qu'on ne se l'était pas dit [...] Ça été positif, je pense, au niveau des attentes de chacun, des objectifs de chacun », a dit Jean Gagnon au sortir de sa rencontre à l'hôtel de ville.

Jean Gagnon a fait savoir que les deux parties ont convenu de prendre la période des Fêtes pour réfléchir. Elles se rencontreront de nouveau au début du mois de janvier.

Le président du syndicat des cols blancs a reconnu qu'un fossé sépare toujours les deux parties, notamment en ce qui concerne les régimes de retraite. Jean Gagnon a tenu à souligner que le défi de trouver un terrain d'entente demeure énorme.

« On va voir à la table de négociation si les parties vont s'entendre [...] Assurément, il n'aura pas tout ce qu'il veut et je n'aurai pas tout ce que je veux. Alors, on va se rejoindre probablement quelque part entre les deux », a dit M. Gagnon.

Ce dernier a conclu en affirmant qu'une éventuelle entente avec la Ville de Québec devra être gagnante-gagnante pour les deux parties.

Le maire satisfait

De son côté, le maire Labeaume semble être sorti satisfait de sa rencontre avec Jean Gagnon.

« On a été très francs. On lui a expliqué notre position, l'état des finances de la Ville, et il nous a expliqué son point de vue. Alors, on a convenu qu'au début janvier [...], on allait travailler fort pour régler », a fait savoir le maire de Québec.

Ce dernier a ajouté que des offres concrètes seront déposées devant les cols blancs au début de l'année. « On va travailler [...] avec des propositions très concrètes, des propositions qu'ils n'ont pas eues jusqu'à date, en fonction du mandat qu'on a de la population », a affirmé Régis Labeaume.

Les cols blancs sont sans convention collective depuis décembre 2010.

Par ailleurs, le maire Régis Labeaume a rencontré en après-midi les représentants de l'Alliance des professionnels de la Ville de Québec.

PLUS:rc