POLITIQUE

Quel salaire pour les députés du Québec?

29/11/2013 11:40 EST | Actualisé 29/01/2014 05:12 EST
Klaus Lang via Getty Images

Un rapport d'un comité indépendant sur les conditions de travail des députés propose de faire passer le salaire des députés de 88 000 $ à 136 000 $. Celui de la première ministre grimperait à un peu plus de 272 000 $.

Les augmentations salariales des députés représenteraient une dépense de 2,5 millions de dollars pour le gouvernement.

Le rapport du comité présidé par la juge à la retraite Claire L'heureux-Dubé, déposé à l'Assemblée nationale ce matin, propose toutefois d'éliminer certaines primes et de modifier l'allocation de transition pour les députés démissionnaires, la cotisation au régime de retraite et celle à l'assurance collective afin de financer les augmentations salariales.

Les hausses de salaire proposées pour les parlementaires

  • Député - de 88 000 à 136 000
  • Ministre - de 154 000 à 217 600
  • Premier ministre - de 181 000 à 272 000

Décriée par plusieurs à la suite du départ volontaire du député libéral Emmanuel Dubourg pour la politique fédérale, l'allocation de transition serait éliminée pour les députés démissionnaires. M. Dubourg a démissionné de son poste de député provincial 9 mois après son élection pour se présenter au fédéral dans la circonscription de Bourassa. La circonscription avait été laissée vacante par la démission de Denis Coderre qui s'était lancé dans la course à la mairie de Montréal.

Des primes versées aux députés seraient éliminées, alors que des allocations seraient intégrées à leur salaire annuel. L'État récupérerait ainsi une partie des augmentations avec de nouvelles rentrées fiscales qui s'élèveraient à 1,5 million de dollars.

Le rapport propose également de faire passer la contribution des députés à leur régime de retraite de 21 % à 41 %. Les diverses modifications aux cotisations aux régimes de retraite et de l'assurance collective permettraient d'économiser les 900 000 $ nécessaires pour éliminer la dépense occasionnée par les augmentations salariales.

Une question délicate

La majorité des députés sont d'accord avec les augmentations salariales en dépit du contexte économique qui rend la mesure délicate. Le gouvernement a annoncé, jeudi, le report de l'atteinte de l'équilibre budgétaire. Le gouvernement enregistrera un déficit de 2,5 milliards de dollars pour l'exercice financier en cours.

« C'est plus équilibré et c'est juste par rapport à l'augmentation du travail », a déclaré le doyen de l'Assemblée nationale, François Gendron. « Au fil des dernières années, toutes les statistiques prouvent que les parlementaires doivent travailler davantage, plus d'heure. »

« C'est pas mal plus cher que ce que je gagnais avant d'entrer en politique. »

— Le député péquiste de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Daniel Breton

« Quand je me suis lancé en politique, j'ai accepté que j'aurai le salaire [de député] », a pour sa part déclaré l'ancien ministre de la Santé, Yves Bolduc.

La députée de la Coalition avenir Québec Nathalie Roy dénonce toutefois les conclusions de ce rapport. « Je trouve que toute augmentation, dans le contexte économique actuelle [...], est inappropriée », déplore Mme Roy. « Vraiment, il y autre chose à faire. Il faut régler nos problèmes avant d'avoir quelque augmentation que ce soit. »

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois