POLITIQUE

Un président par intérim nommé à la tête de Tourisme Montréal

29/11/2013 05:40 EST | Actualisé 29/01/2014 05:12 EST
Courtoisie

Les irrégularités signalées par le vérificateur général du Québec à Tourisme Montréal font rouler une autre tête. Le président du conseil d'administration de l'organisme, Jacques Parisien, a annoncé vendredi sa démission.

Michel Archambault assumera l'intérim à la présidence du C. A. M. Archambault, professeur émérite à l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal, est aussi président du Bureau des gouverneurs de la Chaire de tourisme Transat, qu'il a dirigé comme premier titulaire de 1992 à 2012.

Jacques Parisien a informé le ministre délégué au Tourisme, Pascal Bérubé, et les membres du conseil de l'organisme de sa décision avant de publier un communiqué laconique, vendredi matin.

Le ministre Bérubé, qui devait le rencontrer, s'est finalement entretenu avec le reste du C. A. et le PDG actuel de Tourisme Montréal, Yves Lalumière, qui a reçu un vote de confiance du ministre et des membres du conseil.

Jeudi, le maire de Montréal, Denis Coderre, a demandé et obtenu la démission de M. Parisien de la présidence de l'organisme supervisant les fêtes du 375e anniversaire de Montréal, de même que le départ de Charles Lapointe, ancien PDG de Tourisme Montréal, de la présidence du Conseil des arts.

Les événements se bousculent depuis que le vérificateur général a fait état d'irrégularités dans le salaire de Charles Lapointe. À titre de PDG de Tourisme Montréal, M. Lapointe a touché un salaire et des avantages totalisant 398 300 $ par année, une somme jugée supérieure à la norme. Le vérificateur a aussi signalé des problèmes avec certains remboursements pour frais de voiture, de repas et d'hébergement de l'ancien dirigeant.

En quittant Tourisme Montréal, en août dernier, Charles Lapointe a reçu une prime de départ de plus de 600 000 $.

Selon le vérificateur Michel Samson, la rémunération de M. Lapointe n'a été discutée qu'avec le président du C. A. de Tourisme Montréal, sans consulter les autres membres du conseil.

MM. Parisien et Lapointe devront s'expliquer en commission parlementaire sur la gestion de l'organisme, financé à 75 % par le gouvernement du Québec.

Quelques tweets au lendemain de l'élection de Denis Coderre

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.