NOUVELLES

Pédiatrice sociale : des besoins criants sur la Rive-Sud

29/11/2013 02:12 EST | Actualisé 28/01/2014 05:12 EST

Le Centre de pédiatrie sociale de Lévis, établi depuis trois ans, reçoit actuellement 250 enfants et doit en refuser par manque de ressources.

L'organisme de charité offre entre autres des suivis médicaux, psychosociaux et éducatifs et accompagne dans leur développement des enfants de familles vulnérables ou immigrantes.

La directrice générale, Maude Julien, souhaiterait ouvrir un deuxième point de service dans l'ouest de la ville, car la demande est plus que double de l'offre dans la région. Toutefois, les dons doivent être au rendez-vous.

« Notre agenda déborde. On a une liste d'attente et on n'arrive pas à épurer pour la simple et bonne raison qu'on manque de ressources. On est capable d'aller chercher ces ressources-là. La problématique, c'est le financement. Étant un organisme de charité à but non lucratif, on est un peu précaires dans notre offre de services », mentionne Maude Julien.

L'organisme soigne parfois des enfants qui n'ont pas consulté de médecin depuis trois, voire jusqu'à six ans.

« On réalise que les familles qui viennent chez nous sont des familles qui, pour toutes sortes de raisons, ne veulent ou ne peuvent pas aller vers des services qui sont offerts par les services gouvernementaux ou autre », ajoute Maude Julien.

Elle rappelle qu'entre 25 % et 30 % des enfants québécois n'ont pas accès aux soins pédiatriques auxquels ils ont droit.

Jusqu'à présent, 12 centres de pédiatrie sociale sont en service dans plusieurs régions du Québec.

L'établissement de Lévis organise une guignolée le 14 décembre afin d'amasser de dons en argent, mais aussi des livres, jouets et équipememts sportifs pour les enfants.

PLUS:rc