NOUVELLES

Le prêtre recherché au Nunavut pourrait rester chez lui en France

29/11/2013 03:05 EST | Actualisé 29/01/2014 05:12 EST

Un prêtre oblat recherché en lien avec des accusations d'agression sexuelle au Nunavut dit ne pas savoir s'il rentrera de France pour faire face à la justice au Canada.

Rejoint dans sa demeure de la région d'Avignon, Joannes Rivoire semblait être au courant du mandat d'arrestation canadien émis contre lui en 1998.

Trois accusations d'agression sexuelle portées contre lui remontent à son passage à Rankin Inlet, au Nunavut, entre 1968 et 1970.

Rivoire refuse par ailleurs de discuter de ce mandat.

Interrogé à savoir s'il rentrerait au Canada, il a dit qu'il pourrait le faire, mais a ajouté qu'il était vieux et malade. Il a affirmé qu'il était âgé d'«environ» 83 ans.

Un autre ancien père oblat, Eric Dejaeger, subit présentement son procès à Iqaluit, sous 69 chefs d'accusation d'agression sexuelle contre des enfants qui auraient eu lieu entre 1978 et 1982.

Dejaeger faisait face à six de ces accusations en 1995 avant qu'il ne prenne la fuite pour rentrer dans son pays natal, en Belgique, où il a vécu pendant près de 18 ans avant d'être renvoyé au Canada pour violation des lois sur l'immigration.

PLUS:pc