NOUVELLES

Des attentats font 25 morts en Irak; 18 cadavres sont retrouvés

29/11/2013 11:08 EST | Actualisé 29/01/2014 05:12 EST

BAGDAD - Des hommes portant des uniformes militaires ont abattu 18 hommes sunnites, dont les corps criblés de balles ont été retrouvés quelques heures après, vendredi, dans un champ tout juste au nord de Bagdad, rappel des pires violences religieuses qui ont secoué le pays après l'invasion américaine.

Plus tard vendredi, la police irakienne a découvert les corps de trois autres hommes, mains liées dans le dos, dans les banlieues à l'est de Bagdad. D'autres attaques ont fait un total de 25 morts vendredi.

Ces meurtres, apparemment ciblés, surviennent après d'autres attaques similaires perpétrées plus tôt cette semaine, provoquant la crainte d'un retour dans les rues des milices musulmanes sunnites et chiites.

«Ces récents meurtres prouvent que les Irakiens ont raison d'avoir peur d'un retour des jours sombres de 2006 et 2007, et que les blessures du passé ne sont pas encore guéries, a affirmé l'analyste politique Hadi Jalo. Si le gouvernement ne prend pas de mesures efficaces pour faire cesser les tensions religieuses et la détérioration de la sécurité, je pense qu'on pourra s'attendre à davantage de ces meurtres.»

Les autorités ont retrouvé les corps tôt vendredi dans un secteur agricole près de la ville sunnite de Mishahda, à 30 kilomètres au nord de la capitale. Des hommes armés à bord de quatre voitures avaient enlevé les hommes dans leur maison jeudi soir. On compte deux officiers de l'armée, un cheikh de tribu sunnite et son fils, et le maire de la ville parmi les victimes.

À la suite de la découverte de leur corps, la police a révélé qu'ils semblaient avoir été tués de balles dans la tête.

Il était impossible de savoir qui avait enlevé et tué ces gens. Des milices chiites pourraient avoir voulu se venger des attaques d'insurgés sunnites qui sévissent présentement contre des quartiers chiites. Des militants d'une section locale d'Al-Qaïda ciblent également les sunnites dans leurs attaques, et ont déjà pris le contrôle d'une ville à l'ouest de Bagdad, il y a deux ans, en se déguisant en policiers, conduisant de vraies voitures de patrouille. Il pourrait aussi s'agir de vengeance personnelle.

Par ailleurs, les violences ont secoué d'autres régions de l'Irak, vendredi, faisant un total de 25 morts, dont six prostituées, le maire de Hamam al-Alil, des fonctionnaires et des civils.

PLUS:pc