NOUVELLES

Chantiers Irving: la suspension d'un employé est défendue après son décès

29/11/2013 08:58 EST | Actualisé 29/01/2014 05:12 EST

HALIFAX - Le président des chantiers navals Irving, à Halifax, défend la suspension d'un employé qui, affirment ses collègues, s'est suicidé au lendemain de l'imposition de mesures disciplinaires contre lui.

Kevin McCoy a indiqué vendredi que l'entreprise avait imposé cette suspension de 30 jours en raison d'un problème avec l'inspection d'un échafaudage réalisée par Peter MacKenzie.

Selon le président, la mort de cet employé est une tragédie et il a fait part de ses condoléances à la famille. Il nie toutefois les accusations de certains membres du syndicat, selon lequel M. MacKenzie était intimidé par son employeur, soutenant qu'il n'était pas possible de lier sa mort à la suspension.

M. McCoy réitère que la suspension a été mise en place en raison de problèmes avec la façon dont M. MacKenzie effectuait des inspections, ajoutant que des normes de sécurité très étroites doivent être respectées pour assurer la sécurité de tous.

Toujours selon le président, la suspension était le fruit d'une approche «très mesurée» en matière de discipline.

Il a toutefois refusé de spécifier clairement ce que M. MacKenzie n'accomplissait pas correctement.

Du côté de la Gendarmerie royale du Canada, on précise que la mort de l'employé fait l'objet d'une enquête, mais que son décès semble découler d'un suicide.

Environ 200 employés des chantiers navals ont débrayé, jeudi matin, après avoir appris la mort de leur collègue, soutenant que ce dernier avait été injustement puni.

Certains travailleurs affirment également que le nombre de gestes disciplinaires posés contre des employés a augmenté depuis que M. McCoy est devenu président, l'été dernier, ajoutant qu'ils croyaient que certains congédiements et suspensions n'étaient pas nécessaires.

Aux dires de Cliff Pickerim, le président du syndicat local, des discussions sur la question des gestes disciplinaires ont été tenues avec la direction depuis le débrayage.

PLUS:pc