NOUVELLES

Ottawa repousse encore la publication des normes de CO2 du secteur pétrolier

28/11/2013 05:38 EST | Actualisé 28/01/2014 05:12 EST

Le gouvernement conservateur repousse encore aux calendes grecques ses normes environnementales attendues depuis longtemps dans le secteur pétrolier et gazier.

La ministre de l'Environnement, Leona Aglukkaq, refuse en effet de fixer un échéancier pour le dépôt de ces nouvelles règles, qui forceront les grands pollueurs à adopter des procédés moins nocifs, et ce malgré le fait que ces normes soient en préparation depuis des années.

Devant un comité des Communes, jeudi, la ministre a répondu qu'il était prématuré de prédire à quel moment ces nouvelles normes seraient annoncées.

Son prédécesseur conservateur à l'Environnement, Peter Kent, avait annoncé que les règles seraient publiées en janvier dernier, avant de se raviser et de reporter le tout à l'été.

Le gouvernement Harper s'est plutôt intéressé aux émissions du secteur automobile -- au diapason avec les États-Unis --, et s'est penché sur la réglementation du secteur de l'électricité. Les données fédérales révèlent toutefois que le Canada sera incapable d'atteindre, d'ici 2020, ses objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre, et ce même avec des normes dans le secteur pétrolier et gazier.

La porte-parole néo-démocrate en matière d'environnement, Megan Leslie, a demandé à la ministre Aglukkaq, jeudi, si les autres cibles sectorielles devront être modifiées afin que le Canada respecte ses engagements pris à Copenhague, ou si les futures normes qui se font attendre permettront d'atteindre les cibles environnementales d'Ottawa.

Mme Aglukkaq a semblé ne pas comprendre la question, se contentant de rappeler l'existence de l'approche sectorielle de son gouvernement.

La ministre a par ailleurs répété à l'envi qu'elle négociait avec les provinces et territoires, avant de nier avec véhémence que des objections provinciales causaient des délais.

Mme Aglukkaq a également commencé par éviter de parler de l'attitude du secteur pétrolier et gazier quant aux normes d'émissions polluantes, mais elle a fini par répondre après s'être fait poser la même question trois fois. « Ils ont leur point de vue, et il existe un processus en place pour examiner leur avis », a-t-elle dit.

« Mon avis est que les membres de l'industrie veulent poser les bons gestes. Ils veulent faire leur part pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ils veulent également se porter à la défense de l'environnement. Il s'agit donc d'un partenariat et nous irons de l'avant lorsque nous serons prêts. »

La Presse Canadienne

PLUS:rc