NOUVELLES

L'accident mortel fragilise le Brésil

28/11/2013 12:11 EST | Actualisé 28/01/2014 05:12 EST

L'accident mortel du stade de Sao Paulo tombe au plus mauvais moment pour les organisateurs, juste avant le tirage au sort de la FIFA.

C'est en effet le 6 décembre qu'aura lieu le tirage au sort du Mondial de 2014 à Bahia. L'accident a eu lieu mercredi, alors qu'une délégation du CIO est à Rio. Le directeur général du CIO Gilbert Felli était là pour faire le point sur les préparatifs des Jeux de 2016.

La FIFA a réagi à l'accident qui a fait deux morts parmi les travailleurs au stade Itaquerao de Sao Paulo. Après les témoignages de condoléances, la fédération internationale a précisé qu'elle n'avait pas de « plan B » après cet accident qui retarde l'inauguration de ce stade. Il doit accueillir des matchs du Mondial, dont le match d'ouverture.

Le stade de Sao Paulo ne sera pas « exclu » du mondial de 2014 malgré l'accident.

« Nous allons nous réunir pour évaluer les conséquences de cet accident, mais le stade ne va pas être exclu », a expliqué le chef du comité d'organisation local, Ricardo Trade, au journal O Estado de Sao Paulo.

L'effondrement de la structure du stade Itaquerao s'ajoute à une longue liste d'incidents qui ont émaillé l'organisation de la Coupe du monde. Le Brésil a peut-être vu trop grand avec le Mondial en 2014 et les JO d'été deux ans plus tard. Le pays, touché par des inégalités sociales criantes, dépense 15 milliards de dollars pour organiser la Coupe du monde seulement.

On se souvient des manifestations populaires lors de la Coupe des confédérations de soccer en juin. Des protestations repoussées violemment par les forces de l'ordre. Elles avaient fait six morts. La population protestait au départ contre la hausse du prix des transports en commun dans certaines villes.

L'enquête sur les circonstances de l'accident commence jeudi. Des fonctionnaires du ministère du Travail et des représentants du syndicat des ouvriers de la construction lourde ont effectué jeudi une inspection du stade.

L'accident s'est produit lorsqu'une grue s'est effondrée alors qu'elle déposait le dernière portion du toit du stade, une pièce métallique de 420 tonnes (totalement détruite) qui a entrainé dans sa chute une partie de l'écran géant extérieur.

La structure du stade n'a toutefois pas été affectée, selon les architectes, les ingénieurs et les services de la sécurité civile.

Les travaux ont été totalement suspendus en signe de deuil jusqu'à dimanche inclus. Le travail reprendra ensuite à 30 % de sa capacité, dans la zone du sinistre, jusqu'aux conclusions de l'enquête.

Le ministère public de Sao Paulo avait assuré mercredi qu'il ne paralyserait la totalité du chantier « que si des éléments techniques en démontraient la nécessité ».

Selon la presse brésilienne, les travaux au stade dureraient un à deux mois de plus que prévu.

« Il est encore impossible de faire une quelconque prévision pour le moment », a ajouté M. Trade au journal O Globo.

La construction des stades est en retard par rapport à l'échéancier. La FIFA avait imposé décembre comme date butoir pour terminer les travaux. Ça a mis beaucoup de pression sur le comité d'organisation et les entreprises responsables des chantiers.

Le Brésil a décidé de présenter les matchs dans 12 stades, au lieu des 8 exigés par la FIFA, au coût de 3,5 milliards de dollars. Mais la note a augmenté de 430 millions dans les 12 derniers mois en raison des retards. Quatre stades semblent être des « récompenses pour services rendus » et n'auront pas de deuxième vie après la Coupe du monde. 

PLUS:rc