NOUVELLES

La folie du Vendredi fou gagne le Canada

28/11/2013 05:49 EST | Actualisé 28/01/2014 05:12 EST

La ferveur commerciale du Vendredi fou (Black Friday), une tradition typiquement américaine, gagne les grands détaillants du Canada, qui offriront demain eux aussi d'importants rabais.

Cette tradition d'offrir des rabais exclusifs le vendredi qui suit la fête de l'Action de grâces américaine est connue pour engendrer de la cohue et des incidents parfois graves dans les magasins littéralement pris d'assaut par une clientèle avide de rabais.

Les commerçants canadiens, qui ne soulignaient pas par le passé cette période de promotion, ont commencé eux aussi à offrir des rabais importants à l'occasion du Vendredi fou américain. Ainsi, plusieurs grandes chaînes offriront demain des rabais exceptionnels aux clients du Canada.

Les commerces ouvriront aussi plus tôt en matinée afin de permettre aux clients de profiter de ces offres exceptionnelles plus longtemps. L'un des principaux gestionnaires de centres commerciaux du Canada, Cadillac Fairview, annonce à ce titre que vendredi, 21 de ses centres ouvriront à 7 h du matin dans plusieurs provinces et à 8 h au Québec. Ce sera le cas pour quatre grands centres commerciaux de la région de Montréal.

À Toronto, les chercheurs d'aubaines les plus matinaux pourront entrer au Centre Eaton dès 6 h.

Un événement critiqué

Aux États-Unis, la tradition de l'Action de grâces semble menacée cette année par les impératifs financiers des commerçants de détail.

Plusieurs d'entre eux ont choisi d'ouvrir leurs portes jeudi, afin de prendre de l'avance sur le Vendredi fou : Macy's, Toy's R Us, WalMart, Best Buy... Pour les gros détaillants, ce changement de stratégie s'explique par la fragilité de l'économie.

« Les commerçants sont nerveux, souligne l'analyste Hitha Prabhakar. La consommation n'a jamais été aussi faible depuis la crise de 2008. »

Or, cette abondance d'offres en rebute plusieurs. Des pétitions circulent, des appels au boycottage sont lancés.

« Les gens devraient rester en famille », lance une dame. Une autre s'inquiète pour les employés de ces commerces, qui perdent un congé.

Trente-trois millions d'Américains prévoient faire des achats à l'Action de grâces.

PLUS:rc