Des activistes ont sévi mercredi matin dans le quartier d'Hochelaga-Maisonneuve, vandalisant quatre commerces à coups de briques et de marteaux, et laissant derrière eux des messages anti-capitalistes s'indignant contre la «gentrification» du quartier.

Parmi les commerces visés, le restaurant Le Chasseur situé sur la promenade Ontario, dont une des vitres blindées a été brisée.

«On n'est pas là pour gentrifier le quartier, nous on est des passionnés, on trippe à faire de la bonne bouffe, à servir du bon vin, et à rester abordable pour les gens du quartier», a commenté Mathieu Ménard, le propriétaire du restaurant Le Chasseur, qui vit dans le quartier depuis une dizaine d'années.

M. Ménard peine à comprendre ce geste et s'indigne face à ces actes de vandalisme qui ont eu tendance à se multiplier cette année, notamment sur la place Valois.

«Quand on s'attaque à un petit restaurant, on ne s'attaque pas aux banques ou à la finance. Je peux comprendre la crainte de l'embourgeoisement, c'est pas en détruisant les petits commerces, ou en attaquant les gens comme moi qui travaillent 60 heures par semaine, que ça va faire changer les choses», a-t-il ajouté.

En plus du restaurant Le Chasseur, les bistros Le Valois, In Vivo et Bagatelle ont aussi été touchés par ces actes, obligeant même ce dernier à fermer pour la journée.

Au restaurant Le Valois, deux vitres ont été totalement brisées, alors que les autres ont été gravées de différents messages dont «Fuck» et du symbole anarchiste. La police de Montréal ne sait toujours pas cependant quel groupe d'activistes est à l'origine de ces actes. Une enquête a été ouverte, a confirmé Jean-Pierre Brabant de la police de Montréal.

Un employé du restaurant Le Valois a rapporté au propriétaire, M. Abdel Charmand, avoir vu deux hommes grands et habillés en noir fuir après avoir jeté une brique à l'intérieur.

«Pour nous ce n'était jamais arrivé avant, mais on a eu des messages verbaux. On n'a jamais eu de trouble avec les gens du quartier», a raconté M. Charmand, installé sur la place Valois depuis 2007.

M. Brabant a confirmé que ce n'était pas la première fois que de tels actes se produisaient. M. Ménard avait prévenu les autorités l'année dernière, voyant de telles revendications monter au sein du quartier.

«Va falloir faire quelque chose, a-t-il réagi. C'est du viol urbain, c'est grave comme acte. Le problème à Hochelaga ce n'est plus la prostitution, c'est ce groupe d'activistes».

M. Ménard va devoir débourser presque 1000$ pour les travaux de son restaurant, un montant inférieur à la franchise de son assurance, donc qui ne sera pas pris en charge.

«C'est de l'argent que je n'ai pas. C'est me mettre dans le trou pour rien», a-t-il dit, exaspéré.

vandalisme hochelaga

Loading Slideshow...
  • Parc Jean-Drapeau

    2017 sera une année importante pour le parc Jean-Drapeau. Pendant que la ville de Montréal fêtera son 375e anniversaire, le parc soulignera le 50e d’Expo 67. D’ici là, l’organisation paramunicipale qui gère l’endroit dispose d’une enveloppe de 35 M$ pour mener à bien deux grands projets : l’aménagement d’une promenade riveraine de 3 km et la revitalisation de la Place des Nations (photo). «Avec la promenade, nous souhaitons rapprocher les citoyens du fleuve», indique Daniel Blier, directeur général de la Société du parc Jean-Drapeau. Elle sera ouverte à l’année aux piétons et aux cyclistes. La Place des Nations, centre névralgique d’Expo 67 laissé à l’abandon, retrouvera son aspect d’antan. «On pourra y présenter des spectacles devant 4 000 à 6 000 personnes», souligne M. Blier. Le Parc lancera bientôt les appels d’offres et on souhaite effectuer les premières pelletées de terre en janvier 2014 et finaliser les deux projets à l’automne 2016.

  • Palais des congrès

    Le Palais des congrès de Montréal est l’un des plus importants en Amérique, mais la compétition est féroce. Toronto, Boston et Ottawa, les grandes rivales de la métropole, ont investi récemment dans leurs infrastructures, ce qui pourrait pousser Montréal à faire de même. «C’est important de protéger notre pouvoir d’attraction», note Pierre Tessier, porte-parole du Palais des congrès. Pour l’heure, Québec a mis, pour une période de quatre ans, deux terrains en réserve – un au nord et un à l’est du Palais – qui pourront servir à une possible expansion. «Ça nous laisse le temps de voir s’il est pertinent d’agrandir, explique M. Tessier. Il faudra voir le calendrier de commandes des prochaines années.»

  • Hangar 16 et Vieux-Port

    La revitalisation du Vieux-Port, qui compte quelques infrastructures vieillissantes, devrait se poursuivre, après, notamment, l’ajout de la plage urbaine au pied de la tour de l’Horloge. Aucun plan précis n’a encore été annoncé, mais certains secteurs, comme celui du Hangar 16, pourraient subir un facelift bien mérité. «Nous examinons actuellement tous les détails de l’infrastructure du Vieux-Port, avance Manon Lapensée, porte-parole de la Société immobilière du Canada, qui a fusionné avec la Société du Vieux-Port, en novembre. Nous effectuerons des études plus poussées et évaluerons divers scénarios pour l’infrastructure du site, incluant le Hangar.» Il a déjà été question de transformer le Hangar 16 en immense centre d’exposition. Plus à l’ouest, on ne sait pas encore ce que la Société immobilière compte faire du fameux Silo no5.

  • Musée des beaux-arts

    Après avoir reçu un important don de tableaux de maîtres anciens, en mars 2012, le Musée des beaux-arts a décidé d’ajouter un cinquième pavillon à son établissement. Celui-ci sera voué, entre autres, à ces 75 nouvelles toiles et à l’art européen. Le nouvel espace, qui sera construit rue Bishop, derrière le pavillon Jean-Noël Desmarais (entrée principale), devrait être complété pour 2017. Les gagnants du concours d’architecture viennent tout juste d’être sélectionnés et les détails du projet seront annoncés au début du mois de mai.

  • Quartier chinois

    Alors que de nombreux commerces y mettent la clé sous la porte et que certaines infrastructures tombent en décrépitude, Montréal appliquera un peu de maquillage au Quartier chinois en 2013. Sur la rue de la Gauchetière, entre Clark et Jeanne-Mance, il est prévu de remplacer le dallage, d’ajouter du mobilier urbain (bancs, poubelles et supports à vélo), d’améliorer l’éclairage et de verdir l’endroit. La place Sun-Yat-Sen, coin Clark et de la Gauchetière, devrait aussi être remise en état. Ces améliorations seront-elles suffisantes pour relancer le secteur?

  • Esplanade Clark

    À l’est de la Place des arts, l’Esplanade Clark, qui fait partie du Quartier des spectacles, est déjà bien développée. Mais un terrain au coin des rues Clark et Sainte-Catherine n’est pas encore exploité. Si les plans de la Ville vont bon train, on pourrait bientôt y voir une patinoire urbaine réfrigérée, un peu à l’image de la glace de la place d’Youville, à Québec. «Il est proposé de construire une patinoire et un pavillon de service», confirme Isabelle Poulin, porte-parole à la Division des affaires publiques de la Ville. Quant à savoir si le site sera prêt pour 2013-2014, il est encore trop tôt pour se prononcer. «Cet aménagement fait l’objet d’un exercice de planification. La date du début des travaux n’est pas encore déterminée», indique Mme Poulin.

  • Musée d’art contemporain

    Fin 2011, le Musée d’art contemporain de Montréal a présenté un projet d’agrandissement. À 88 M$, le projet a été jugé trop coûteux par Québec qui l’a rejeté. Depuis, l’institution montréalaise est retournée à la table à dessin et aucun plan n’a encore filtré. «Le président du conseil du Musée, Alexandre Taillefer, travaille actuellement avec ses équipes à planifier l'agrandissement, indique Wanda Palma, porte-parole du musée. Nous sommes vraiment dans les premières phases de l'idéation. Ce qui est certain, toutefois, c'est que l'agrandissement prévu ne coûtera pas 88 millions.» M. Taillefer a parlé à La Presse, l’an dernier, d’un projet avoisinant les 30 M$. Les voûtes actuelles pourraient servir de salles d’exposition afin d’économiser des sous. Le musée montréalais a un besoin criant d’espace, ne pouvant exposer qu’un pour cent de sa collection de 7 700 œuvres actuellement.

  • Centre Bell

    La société immobilière Cadillac Fairview, qui a mis la main sur la gare Windsor et des terrains avoisinants, en 2009, prévoit des investissements de 2 G$ pour le secteur du Centre Bell. Déjà, la tour Deloitte (photo), entre le repaire du Canadien et la gare Windsor, est en construction. L’immeuble à bureaux qui comptera 26 étages devrait être terminé en 2015. Puis, sur la Place du centenaire, poussera un projet résidentiel : la tour des Canadiens, haute de 50 étages, sera livrée en 2016.

  • Boulevard Pie-IX

    Le boulevard Pie-IX sera complètement modifié au cours des prochaines années afin d’accueillir, en 2017, un service rapide par bus (SRB). Deux voix seront réservées au centre de l’artère afin de créer un corridor rapide – à un coût 10 fois moins élevé que ne le serait une nouvelle ligne de métro. La navette, qui reliera le boulevard Notre-Dame, au sud de la ville, à l’autoroute 440, à Laval, permettra de transporter 70 000 personnes par jour. Le projet est dans les cartons de l’Agence métropolitaine de transport depuis longtemps, mais les acteurs sont nombreux. Après avoir obtenu l’accord de chacun des arrondissements touchés l’an dernier, le SRB devrait passer à la phase de consultation publique cette année.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.