NOUVELLES

« Les commotions font partie des risques du métier » - Patrice Brisebois

27/11/2013 01:49 EST | Actualisé 26/01/2014 05:12 EST

L'ex-défenseur du Canadien Patrice Brisebois a confié qu'il respecte la décision des 10 ex-joueurs qui allèguent dans un recours collectif que la ligue n'en a pas assez fait pour les protéger contre les commotions cérébrales. Il estime toutefois que ces blessures « font partie des risques du métier ».

L'homme de 42 ans, qui occupe la fonction d'entraîneur responsable du développement des joueurs du Tricolore, a parlé en connaissance de cause puisqu'il a rappelé mercredi matin qu'il en avait subi au moins une au cours de sa carrière de joueur, même si elle n'a jamais été diagnostiquée.

« Dix joueurs se sont mis ensemble, et s'ils croient qu'ils ont un dossier assez étoffé pour démontrer que leurs commotions cérébrales ont été causées par le hockey et qu'ils n'avaient pas été assez informés des risques de pratiquer ce sport, alors c'est leur droit, a déclaré Brisebois.
Mais moi, quand j'étais jeune, on savait les risques, on savait dans quoi on s'embarquait. »

« Le plus important, c'est qu'on faisait ce qu'on aimait, c'est-à-dire, jouer au hockey. Personnellement, j'étais conscient des risques du métier et je pense que ça en faisait partie », a-t-il poursuivi.

Brisebois a été repêché en deuxième ronde, 30e au total, par le Canadien à l'encan de 1989.


PLUS:rc