NOUVELLES

Montréal ne croit pas à une gestion du projet de nouveau pont par Québec

27/11/2013 05:21 EST | Actualisé 27/01/2014 05:12 EST

Le gouvernement fédéral ne ferme pas complètement la porte (du moins, publiquement) à céder la construction du futur pont reliant l'île de Montréal à la Rive-Sud au gouvernement provincial. « Les discussions qui se passent entre les premiers ministres vont rester entre les premiers ministres », affirme le ministre fédéral de l'Infrastructure, Denis Lebel.

Un article de François Cormier

Le maire de Montréal, Denis Coderre, est plus catégorique : il ne croit pas que ce soit une bonne idée, pour l'instant. « J'ai senti un surplus d'enthousiasme du côté de Québec », affirme le maire. « Ce qui serait plus à propos, c'est de bâtir le pont et le transférer par la suite. Québec va payer avec quoi? Je pense qu'il faut être réaliste », dit-il.

L'opposition à l'Hôtel de Ville se montre également sceptique. « Le problème avec Québec et le MTQ [ministère des Transports], c'est que leur feuille de route est très mauvaise », dit le conseiller municipal Sylvain Ouellet, de Projet Montréal. « L'échangeur Turcot, le SRB [service rapide par bus]-Pie-IX, le rond-point Dorval sont tous des projets du provincial qui n'avancent pas », dit-il.

Le Nouveau Parti démocratique dit comprendre la demande de Québec de prendre la responsabilité de la reconstruction du pont. « On comprend la frustration des Québécois face à l'incompétence et l'incurie des conservateurs qui n'ont rien fait depuis huit ans », a déclaré le chef de l'opposition officielle, Thomas Mulcair. « C'est pas juste l'économie montréalaise ou l'économie québécoise qui vont souffrir. C'est toute l'économie canadienne qui va souffrir si ce pont ferme », croit M. Mulcair.

Encore plus de pression sur le fédéral

En attendant, le gouvernement de Stephen Harper reçoit des pressions de toute part pour accélérer la construction de ce qu'on appelle fréquemment le futur pont Champlain.

« On attend le plan d'affaires pour le mois de décembre », affirme le maire Coderre. « On me dit qu'il y aura 13 scénarios. Est-ce que c'est possible en trois ans? En quatre ans? En cinq ans? On ne peut pas attendre huit ans. Il faut le faire beaucoup plus rapidement », dit-il.

Projet Montréal est d'accord avec le maire. « Il faut accélérer le projet. Ce n'est pas normal que des projets prennent des dizaines d'années à être réalisés alors qu'ailleurs dans le monde, ça prend trois ou quatre ans », dit le conseiller Sylvain Ouellet.

Le ministre Denis Lebel maintient que l'échéancier pour la construction du futur pont sera accéléré. « J'ai déjà dit que l'échéancier serait revu. Nous sommes rigoureusement au travail et dans les prochaines semaines, on fera part de ça », dit-il.

PLUS:rc