DIVERTISSEMENT
27/11/2013 04:03 EST | Actualisé 27/01/2014 05:12 EST

Rumeurs sur sa vie privée : Guillaume Lemay-Thivierge se vide le cœur (ENTREVUE)

Agence QMI

Guillaume Lemay-Thivierge et Mariloup Wolfe ont foulé main dans la main le tapis rouge des International Emmy Awards, où le téléroman 30 vies était en nomination, à New York, lundi soir.

Un peu plus d’un mois après avoir démenti des rumeurs persistantes voulant qu’il soit séparé, le couple n’a pas joué le grand jeu pour en mettre plein la vue devant les journalistes et rassurer ses admirateurs. Guillaume et Mariloup étaient simplement ensemble, heureux d’être au gala et de célébrer la sélection de 30 vies dans l’un des événements les plus prestigieux de l’industrie télévisuelle mondiale.

Ils ont réitéré les propos tenus lorsque leurs problèmes ont défrayé les manchettes : oui, ils ont traversé une période difficile, mais ils ne sont pas séparés. Toute cette saga médiatique leur a néanmoins laissé un goût amer en bouche, et ils se désolent encore des proportions gigantesques engendrées par leurs petits tracas quotidiens.

En entrevue avec le Huffington Post Québec pendant le cocktail de début de soirée des Emmy, Guillaume Lemay-Thivierge a vertement exprimé son opinion, franc et emporté comme on l’a rarement vu.

«Effectivement, Mariloup et moi, on s’est disputé, a précisé le comédien. On s’est chicané, comme n’importe quel couple, comme le font aussi les dentistes, les médecins, les avocats… Mais puisque c’était nous, ç’a créé un momentum. C’est ça, la game, quand on est connu, et je l’accepte. On ne choisit pas toujours de se retrouver à la une des journaux et des magazines, même si, de l’extérieur, ça peut ressembler à un désir de notre part d’étaler notre vie privée. Mais j’accepte cette convention.»

Or, s’il accepte de jouer le jeu, c’est parce qu’il en connait les règles. Mais il ne les endosse pas toutes pour autant.

«Quand un journaliste décide d’écrire qu’on n’est plus ensemble, sans d’abord nous avoir parlé, sans avoir contacté nos agents respectifs, ça pique la curiosité, a-t-il détaillé. Donc, les gens achètent le journal pour lire la nouvelle. Et le lendemain, quand on rectifie la chose, ça crée une autre nouvelle, et les gens vont encore acheter le journal pour voir de quoi il s’agit. Quand on parle de show business, ça vient avec tout le reste, incluant les journaux qui gagnent leur vie en racontant des affaires sur les artistes. C’était un potin drôlement croustillant de dire que Mariloup et moi, on était séparés, alors que, trois semaines avant, on faisait probablement la couverture d’un magazine ensemble. Mais de nous retrouver aux nouvelles de TVA et sur la bande défilante de LCN, ça m’a causé un petit malaise, un pincement au cœur. Je ne peux pas croire que la chicane d’un petit couple bien ordinaire fasse les nouvelles! Ce n’était pas une nouvelle, et ça n’avait pas été confirmé! Mais ça veut dire que les gens s’y intéressent, et que ç’a été payant pour quelqu’un.»

«Démesuré et ridicule»

Non, Guillaume et Mariloup n’ont pas craint de perdre l’affection des Québécois lorsque les bruits de rupture ont commencé à circuler. Car, si on les apprécie dans l’exercice de leur métier, on les connaît peu dans leur intimité. Et il est important pour eux de tracer une frontière entre leur vie privée et leur vie publique.

«Ça m’a plutôt enlevé de la pression, a nuancé Guillaume. Je me suis rendu compte à quel point c’était démesuré et ridicule. De vivre avec la perception des autres, ça fausse, par moments, ce qu’on vit vraiment, Mariloup et moi. En ce moment, ce qu’on est en train de travailler, c’est de bien se connaitre, elle et moi, en dehors de tout ce que les gens peuvent proposer comme opinion. Quand on dit qu’on a besoin de se retirer pour se retrouver, ce n’est pas des paroles en l’air. Ça veut dire qu’il faut parfois sortir de cet univers médiatique, qui nous suggère des façons d’être et de penser, et qui fausse parfois ce qu’on est vraiment.»

L’artiste s’est permis d’étendre encore davantage son discours, écorchant au passage les réseaux sociaux.

«À ceux qui s’intéressent tellement à notre couple, j’ai le goût de dire : trouvez-vous une vie! Vous allez voir, il peut y avoir beaucoup d’action dans votre propre vie. Parce qu’on ne sera pas capables de combler ce que vous avez besoin de vivre avec notre seule existence. Nous, on fait juste vivre la même affaire que vous autres. Dans l’absolu, on s’en fout. Il se passe des choses tellement plus épouvantables, plus importantes à jaser que ça.»

«Mais la grande tristesse, c’est que les gens réfléchissent de moins en moins, se cachent de plus en plus et parlent de plus en plus à travers leur chapeau. Pour moi, les réseaux sociaux ont leur raison d’être pour une certaine forme de communication. Mais c’est aussi l’équivalent d’un orateur qui fait un discours dans une église où tout le public est caché, mais peut commenter chaque phrase de façon anonyme. Et chacun peut commenter le commentaire du commentaire, et le discours de l’orateur finit par prendre six heures et on en vient à l’oublier. J’en veux beaucoup, en ce moment, aux TVA et aux Radio-Canada de ce monde, qui demandent l’opinion des téléspectateurs sur Facebook et Twitter et qui en font des nouvelles. Faites votre job de journaliste, allez chercher la nouvelle là où elle est, et arrêter d’écouter l’opinion de tout le monde! Pendant ce temps, on oublie les professionnels qui sont en train de donner une vraie opinion. Et on s’en va exactement où on s’en va, c'est-à-dire nulle part!», a vociféré Guillaume Lemay-Thivierge avec conviction.

Mariloup réagit aussi

Écoutant la tirade de son homme avec attention, Mariloup Wolfe a renchéri en exprimant elle aussi son point de vue.

«C’est plate quand les gens se mêlent de ta vie personnelle alors que ça ne regarde personne, a-t-elle laissé tomber. J’ai même entendu des gens dire que, puisqu’on est des personnalités publiques, notre vie doit être publique. Mais pas du tout! Ce que je donne sur un tapis rouge, c’est une chose, mais je n’ai jamais exposé mes enfants, et ce qui se passe dans ma chambre à coucher ne regarde personne. Pour moi, c’a été l’apprentissage des réseaux sociaux. C’a pris des proportions gigantesques en peu de temps. Alors qu’on est encore ensemble! C’est un peu déphasant.»

Mariloup Wolfe et Guillaume Lemay-Thivierge seront tous deux de la prochaine saison de 30 vies, derrière la caméra, alors qu’ils réaliseront respectivement quelques épisodes. Mariloup joue aussi dans Unité 9 et Guillaume anime Faites-moi confiance, sur les ondes de TVA.

Les couples québécois célèbres

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.