NOUVELLES

Adonis Stevenson : de la prison au ring

27/11/2013 02:39 EST | Actualisé 26/01/2014 05:12 EST

Le boxeur Québécois Adonis Stevenson, qui sera en vedette lors du gala de boxe samedi au Colisée, cache un passé trouble.

Son gérant et le promoteur du combat, Yvon Michel, a accepté de commenter le parcours criminel de son protégé, mardi, lors de l'entraînement public.

L'histoire d'Adonis Stevenson n'est pas un conte de fées. Membre d'un gang de rue, il a été emprisonné pour proxénétisme et son histoire a ressurgi à la veille de son prochain combat.

Yvon Michel affirme que si le passé du boxeur est plutôt sombre, il voit aussi une histoire qui a bien tourné.

« Il n'est pas fier de ça, mais ce dont il est fier par contre c'est qu'après son séjour en prison il a complètement changé. Il s'est repris en main. C'est un bel exemple comme quoi c'est possible de se réhabiliter, c'est possible de trouver un autre chemin. Il regrette ce qui s'est passé », a affirmé Yvon Michel.

Adonis Stevenson a découvert la boxe à sa sortie de prison en 2001, à l'âge de 24 ans. C'est ce qui explique que le boxeur a atteint son apogée aussi tard dans sa vie, un fait très rare.

« Ça n'arrive presque jamais qu'un boxeur réussit à éclore sur la scène internationale à 36 ans. Il a commencé à boxer chez les amateurs à 24 ans chez les professionnels à 29 ans [...] c'est une vocation tardive », confirme Yvon Michel. 

C'est sa rencontre avec un des meilleurs entraîneurs de la planète, Emanuel Stewart, qui a changé la vie de Stevenson. Cet homme a formé une quarantaine de champions du monde, et dès qu'il a vu Stevenson, il a tout de suite su qu'il pouvait en devenir un.

La popularité de Stevenson monte en flèche. S'il remporte son combat samedi, le Québécois aura la possibilité d'affronter des adversaires encore plus prestigieux.

PLUS:rc