NOUVELLES

À Pékin, des centaines de barbecues confisqués pour réduire la pollution

27/11/2013 02:52 EST | Actualisé 27/11/2013 02:53 EST
AP

En Chine, les autorités commencent à prendre peu à peu la mesure du problème de pollution que connaît le pays. Et pour faire face au brouillard épais flottant au-dessus des grandes villes, tous les moyens sont bons.

Tous, y compris confisquer les barbecues. Selon un porte-parole du district de Xicheng, à Pékin, des centaines de grills auraient été réquisitionnés et détruits dans le cadre d'une campagne ayant débuté cet été, avec pour objectif de réduire les émissions de particules fines.

Des photographies publiées par les médias gouvernementaux (comme le cliché ci-dessus) montrent des ouvriers découpant des morceaux de métal sous la supervision d'officiers de police.

Aussi spectaculaire soit-elle, la démarche de Pékin laisse sceptique une partie de la communauté scientifique. «Certes, cette campagne va aider les riverains, mais pour véritablement faire face aux problèmes de qualité de l'air, nous devons nous fixer des priorités, en particulier les émissions provenant des véhicules motorisés», a déclaré Ma Jun, directeur de de l'Institut des affaires publiques et environnementales, dans une entrevue accordée au Guardian.

Pour l'heure, la pollution urbaine devient plus que jamais l'un des problèmes majeurs en Chine. Il y a peu, à Pékin, un cancer du poumon avait été diagnostiqué sur une fillette de huit ans. Autre effet néfaste: d'après une étude dont les résultats ont été révélés le mois dernier, le brouillard de pollution dans la ville d'Harbin empêcherait les caméras de surveillance d'être opérationnelles.

La pollution paralyse Harbin en Chine


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.