NOUVELLES

Ukraine: des milliers d'étudiants descendent dans la rue

26/11/2013 10:25 EST | Actualisé 26/01/2014 05:12 EST

KIEV, Ukraine - Des milliers d'étudiants ukrainiens ont séché leurs cours mardi pour se joindre aux manifestants qui dénonçaient, dans le centre de Kiev, la décision soudaine du gouvernement de renoncer à signer une entente avec l'Union européenne pour plutôt se rapprocher de Moscou.

Le gouvernement du président Viktor Ianoukovitch a fait cette annonce la semaine dernière, après que la Russie lui ait imposé des restrictions commerciales et ait menacé d'en imposer de nouvelles.

Près de 3000 étudiants provenant des universités de Kiev ont quitté leurs cours pour défiler dans les rues de la capitale. Ils se sont joints à des milliers d'autres manifestants sur deux places centrales de la ville, où ils ont demandé au président Ianoukovitch de changer d'idée et de signer l'entente lors d'un sommet avec l'UE vendredi.

Au cours des derniers mois, alors que s'intensifiaient les pourparlers entre Kiev et Bruxelles, la Russie avait imposé des restrictions aux importations d'acier, de chocolat et d'autres produits en provenance de l'Ukraine — ce qui, selon le premier ministre ukrainien Mikola Azarov, aurait pu retrancher 6,5 milliards $ US aux exportations du pays cette année.

Malgré cela, M. Azarov a affirmé que les relations entre son pays et la Russie sont «absolument normales». Il a plutôt blâmé la décision de Kiev sur Bruxelles, qui aurait refusé de se porter au secours de l'économie ukrainienne.

«Disons-le dès maintenant: l'Union européenne ne nous a offert aucune aide à ce chapitre, à part une déclaration générale, a déclaré le premier ministre aux reporters étrangers. Nous n'avons reçu aucune aide concrète.»

M. Azarov a proposé des négociations tripartites entre l'UE, l'Ukraine et la Russie. La question de l'intégration de l'Ukraine aux 28 pays de l'UE pourrait être reprise lors d'un sommet le printemps prochain, a-t-il dit, avant d'ajouter que l'Ukraine se concentrerait pour le moment sur le rétablissement de ses liens commerciaux avec la Russie.

À Bruxelles, les responsables européens se sont dits prêts à poursuivre les discussions avec l'Ukraine. M. Ianoukovitch aurait toujours l'intention d'assister au sommet de Vilnius, en Lituanie, vendredi.

La Russie a annoncé mardi qu'elle levait les restrictions sur les importations de chocolat ukrainien, un produit qu'elle considérait pourtant comme non sécuritaire il y a à peine quelques mois. Le président russe Vladimir Poutine a toutefois nié que la Russie soit prête à renégocier le prix payé par l'Ukraine pour son gaz naturel. L'Ukraine se plaint depuis des années que ce prix est trop élevé.

D'autres manifestations sont prévues avant la tenue du sommet et le week-end prochain. Certaines échauffourées ont déjà éclaté entre policiers et manifestants. M. Azarov a prévenu que les policiers traiteront les manifestants avec respect, sans pour autant tolérer de provocation.

«Plus le Kremlin pousse et plus le Kremlin menace l'Ukraine, plus le sentiment pro-Europe des Ukrainiens devient fort», a analysé le politologue Vadim Karasiov.

PLUS:pc