NOUVELLES

Les États-Unis envoient deux avions dans la nouvelle zone aérienne de la Chine

26/11/2013 08:05 EST | Actualisé 26/01/2014 05:12 EST

WASHINGTON - Trois jours après que Pékin eut décidé d'exercer un plus grand contrôle militaire sur une partie de la mer de Chine orientale afin d'affirmer sa souveraineté sur un archipel présentement sous le contrôle du Japon, les États-Unis ont envoyé deux bombardiers B-52 dans la région.

Washington a assuré que cette mission d'entraînement n'avait pas été ordonnée en réaction à la dernière manoeuvre militaire chinoise. Ce vol signifie toutefois clairement que le gouvernement américain ne reconnaît pas la nouvelle revendication territoriale faite par Pékin au cours du week-end.

Les deux appareils non armés sont partis de leur base sur l'île de Guam et ont volé en direction de la nouvelle zone de défense aérienne de la Chine avant de revenir au bercail, ont indiqué les autorités américaines. Les deux avions sont restés dans la zone pendant moins d'une heure, traversant le ciel de l'océan Pacifique vers le milieu de la journée sans qu'aucun problème ne survienne.

Même si les États-Unis ont indiqué que cette mission était prévue depuis longtemps, elle a été effectuée trois jours après que la Chine eut publié une carte et de nouvelles règles concernant la zone, qui comprend l'archipel de Senkaku, un groupe d'îles que Pékin souhaite reprendre à Tokyo.

Les autorités américaines n'ont pas voulu admettre publiquement l'existence de ce vol mardi, mais la porte-parole du département d'État, Jen Psaki, a déclaré que la décision du gouvernement chinois semblait être une tentative pour mettre fin au statu quo dans la mer de Chine orientale.

Prenant la parole devant des reporters, Mme Psaki a soutenu que ce geste allait faire grimper les tensions dans la région et augmenter les risques de mauvais calculs, de confrontations et d'accidents.

Pékin avait annoncé samedi que tous les avions pénétrant dans sa nouvelle zone de défense aérienne devraient aviser les autorités chinoises de leur présence et feraient l'objet de mesures militaires d'urgence s'ils ne s'identifiaient pas ou n'obéissaient pas aux ordres.

Selon le gouvernement américain, la Chine n'a pas réagi au vol de ses bombardiers B-52.

PLUS:pc