NOUVELLES

Le ministre des Transports défend les voies réservées

26/11/2013 06:25 EST | Actualisé 26/01/2014 05:12 EST

Le ministre des Transports continue de défendre les voies réservées même si elles n'ont pas encore eu l'effet escompté sur l'autoroute Robert-Bourassa.

Sylvain Gaudreault admet que la fin des travaux vendredi dernier n'a eu que peu d'impact sur la fluidité de la circulation aux heures de pointe, mais les voies réservées ne sont pas le problème. Elles sont plutôt la solution, maintient le ministre.

« Il faut que les gens transfèrent, autant que faire se peut, vers le transport collectif. Je ne veux pas forcer personne à monter dans les autobus. Je veux faire en sorte que les gens constatent, quand ils sont dans le trafic, que les voies réservées vont plus vite », dit le ministre.

Si des autobus qui circulent sur les voies réservées sont vides, « ça veut dire qu'il y a de la place », ajoute-t-il.

Sylvain Gaudreault maintient que des voies réservées seront également aménagées sur l'autoroute Henri IV.

Le ministre a par ailleurs décliné l'invitation du député de la Coalition avenir Québec, Éric Caire, qui lui a proposé de vivre l'heure de pointe matinale avec lui, lorsqu'il reconduit ses enfants.

« J'aime bien M. Caire, mais je n'irai pas prendre un café chez lui et faire le tour. Je n'ai pas besoin de ça pour comprendre la situation », a affirmé Sylvain Gaudreault.

Le ministre l'a relancé en rappelant que la CAQ défendait les voies réservées et l'importance du transport collectif dans sa plate-forme électorale, l'an dernier.

« J'aimerais plutôt que M. Caire réponde à la question suivante : comment se fait-il qu'en 2012, la CAQ parle de voies réservées, d'augmenter le transport collectif, entre autres, dans la Capitale-Nationale. Ils disent même dans leur programme que le transport collectif, les voies réservées, contribuent à réduire la congestion routière », a lancé le ministre.

PLUS:rc