NOUVELLES

Commotions: Josh Gorges voyait venir une poursuite semblable à celle de la NFL

26/11/2013 03:43 EST | Actualisé 26/01/2014 05:12 EST

BROSSARD, Qc - Les joueurs du Canadien, du moins ceux qui avaient pris connaissance de la nouvelle, se doutaient qu'une poursuite en matière de commotions cérébrales, semblable à celle qui a connu son dénouement dernièrement dans la NFL, soit intentée à l'endroit de la LNH.

Josh Gorges, représentant des joueurs de l'équipe auprès de l'Association des joueurs, a marché sur des oeufs quand on l'a interrogé au sujet de la poursuite déposée par une dizaine d'anciens joueurs.

«On se doutait qu'une poursuite serait intentée après ce qui est arrivé dans la NFL, a affirmé le défenseur. C'est un problème très sérieux, qui affecte plusieurs personnes dans le monde du sport. C'est difficile pour moi de commenter en ne connaissant pas tous les tenants et aboutissants du dossier. C'est un nouveau sujet qui fera grandement jaser au cours des prochains mois, jusqu'à ce qu'on dénoue l'impasse.»

Gorges a dit ne pas se rappeler de discussions en regard de la problématique qu'auraient eu le directeur exécutif de l'Association des joueurs, Donald Fehr, et les représentants d'équipe.

«Peut-être en a-t-il été question lors de réunions, je ne m'en rappelle pas, a-t-il dit. Peut-être que je n'étais pas présent quand il en a été question.»

Il y a des joueurs, comme le défenseur Raphaël Diaz, qui sont tombés des nues quand on les a abordés sur le sujet parce qu'ils n'étaient même pas au courant de la nouvelle. D'autres, comme l'attaquant Rene Bourque, étaient peu informés.

«J'ai vu la nouvelle défiler au bas de l'écran de télé ce matin, mais je ne sais pas trop ce qu'ils (les plaignants) demandent, a réagi Bourque. C'était une question de temps avant que ça arrive, après ce qu'a connu la NFL. Qu'est-ce que leur démarche va donner? Je ne sais pas. J'espère que ça va sensibiliser tout le monde à la problématique, et que ce soit un autre incitatif à la poursuite des efforts afin d'améliorer la sécurité des joueurs.»

Bourque s'est dit attristé pour les anciens joueurs qui sont aux prises avec des problèmes neurologiques liés aux commotions qu'ils ont subies pendant leur carrière.

«C'est plate à entendre, mais le hockey est un sport de contact. Heureusement, on pénalise davantage les coups à la tête qu'avant. C'est une bonne chose, un pas dans la bonne voie.»

Invité à s'exprimer sur l'initiative des anciens joueurs, l'entraîneur du Canadien a parlé d'une «question délicate».

«Je peux vous répondre en me basant sur ma propre expérience, a avancé Therrien. Je gravite dans la Ligue nationale depuis 11 ans. Que ce soit à mon premier séjour à Montréal, à mon deuxième, ou lors de mon association avec les Penguins de Pittsburgh, je peux vous assurer d'une chose: les médecins et les organisations ne lésinent pas avec la santé et la sécurité des joueurs. C'est primordial. Ça, je peux vous le confirmer. Pour le reste, c'est très dur pour moi de commenter.»

En août, au terme d'une bataille juridique qui a duré deux ans, la NFL et plus de 4500 anciens joueurs ont conclu une entente à l'amiable s'élevant à 765 millions $ US afin de clore le dossier des poursuites relatives aux commotions cérébrales.

Au moins 10 membres du Temple de la renommée du football professionnel, incluant l'ancien porteur de ballon des Cowboys de Dallas Tony Dorsett, faisaient partie des plaignants.

La poursuite accusait la ligue d'avoir caché les risques associés aux commotions cérébrales pendant des décennies afin de retourner les joueurs le plus rapidement possible au jeu et de protéger son image. La NFL a nié ces accusations, répétant que la sécurité avait toujours été sa priorité.

Le principal plaignant, Ray Easterling, avait déposé la première poursuite à Philadelphie en août 2011, avant de s'enlever la vie.

PLUS:pc