NOUVELLES

Bourassa: Trudeau attribue la victoire du PLQ au travail sur le terrain

26/11/2013 11:01 EST | Actualisé 26/01/2014 05:12 EST

Le chef du Parti libéral du Canada (PLC) Justin Trudeau attribue la victoire à l'élection complémentaire dans la circonscription de Bourassa au travail sur le terrain de son nouveau député Emmanuel Dubourg.

Sans surprise, le PLC a facilement conservé la circonscription de Bourassa, dans le nord de Montréal, tout comme celle de Toronto-Centre. La première est l'ancienne circonscription de Denis Coderre, devenu maire de Montréal depuis, et la seconde est l'ancienne circonscription de l'ex-chef intérimaire du PLC, Bob Rae.

Dans Bourassa, le député Dubourg a récolté 48,4 % des suffrages contre 31,1 % pour sa plus proche rivale, la candidate du NPD Stephane Moraille. Le candidat du Bloc québécois n'a, quant à lui, récolté que 12,5 % des voix. Toutefois, le scrutin s'est avéré peu couru puisque seulement 25 % des électeurs se sont rendus aux urnes.

Le Parti conservateur a par ailleurs conservé les circonscriptions de Brandon-souris et de Provencher. La première a été chaudement disputée alors que dans la seconde, l'ancien fief de l'ex-ministre Vic Toews, la victoire a été facilement acquise.

« On a fait une campagne extrêmement positive », a déclaré M. Trucdeau sur les ondes d'ICI Radio-Canada Télé, mardi matin. « Les deux autres parties, le NPD et les conservateurs, ont attaqué, attaqué, attaqué, et on a augmenté de façon sérieuse notre marge de victoire à cause du travail acharné, à cause de la connexion sur le terrain. »

Le nouveau député Dubourg attribue également sa victoire à sa relation avec les gens de Bourassa et à son travail sur le terrain. « J'ai laissé mes adversaires s'occuper de moi », confie-t-il avec un large sourire.

Son chef a saisi la balle au bond pour poursuivre les attaques contre le NPD en leur attribuant une campagne négative. « Le NPD a choisi de faire une campagne qui ferait honneur à M. Harper [Stephen, le premier ministre du Canada], de façon négative, des attaques personnelles, du salissage ».

Le député Dubourg tourne la page

M. Trudeau estime que ce type de campagne alimente le cynisme et le désengagement des citoyens pour la politique. « Je trouve que les Canadiens méritent mieux », poursuit-il. Le chef du PLC faisait notamment référence aux attaques contre M. Dubourg à la suite de sa démission à titre de député du Parti libéral du Québec (PLQ) le 9 août dernier.

M. Dubourg avait décidé de poursuivre ses ambitions sur la scène fédérale, non sans avoir empoché une allocution de transition évaluée de près de 100 000$, 9 mois après sa réélection dans la circonscription provinciale de Viau, le 4 septembre2012.

« C'est tout à fait légal [...] et les citoyens de Bourassa ont tranché. » -Emmanuel Dubourg

« Donc pour moi, j'ai tourné la page définitivement là-dessus », a poursuivi M. Dubourg. M. Trudeau précise quant à lui que ce n'est pas aux députés fédéraux de remettre en question les allocations décernées par l'Assemblée nationale. « S'il y a des changements à faire, c'est à l'Assemblée nationale de le faire.

Le chef du PLC estime que le dossier du Sénat a joué un rôle important dans la campagne même si le NPD, dont le chef Thomas Mulcair a été très actif dans le dossier à la Chambre des communes, n'a pas enregistré de gains lors de ces scrutins complémentaires. M. Trudeau estime que la désaffection pour le parti conservateur dans l'ouest du pays témoigne de l'impact de ce dossier dans la campagne électorale.

M. Trudeau présente son parti comme la véritable alternative au Parti conservateur en prévision des prochaines élections fédérales prévues pour 2015. Le PLC s'est retrouvé dans la deuxième opposition lors des dernières élections fédérales à la suite de la « vague orange », qui a déferlé notamment sur le Québec.

PLUS:rc