NOUVELLES
25/11/2013 05:44 EST | Actualisé 25/01/2014 05:12 EST

Ukraine: manifestations contre le rapprochement du gouvernement avec la Russie

KIEV, Ukraine - Des centaines d'Ukrainiens en colère se sont mesurés à la police anti-émeute lundi, à Kiev, lors d'une autre manifestation dénonçant un volet de la nouvelle politique étrangère du président de l'Ukraine, Viktor Ianoukovitch.

Lors de leur manifestation qui s'est déroulée devant un immeuble du gouvernement ukrainien dans la capitale, les protestataires ont une nouvelle fois reproché au président Ianoukovitch de mettre un frein à la coopération du pays avec l'Occident afin de privilégier un rapprochement avec la Russie.

Dimanche, une manifestation de quelques dizaines de milliers de personnes, la plus importante depuis la Révolution orange de 2004, s'est déroulée dans les rues de Kiev. Des manifestants ont ensuite décidé de passer la nuit de lundi dehors en occupant un parc du centre-ville.

Le gouvernement de M. Ianoukovitch a subitement annoncé, la semaine dernière, qu'il suspendait son intention de signer l'entente d'association politique et commerciale avec les 28 membres de l'Union européenne pour plutôt resserrer ses liens avec Moscou. L'entente était en préparation depuis des années et M. Ianoukovitch s'était engagé à la signer.

Le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, et le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, ont indiqué par voie de communiqué lundi que l'entente est toujours sur la table. Ils ont dénoncé la Russie pour avoir fait pression sur son voisin, en faisant valoir que l'entente avec l'Ukraine était un pacte «gagnant-gagnant».

Le gouvernement ukrainien prétend que l'économie du pays ne survivrait pas à une guerre commerciale avec la Russie, après que le Kremlin ait imposé des restrictions aux exportations ukrainiennes et prévenu Kiev que d'autres barrières commerciales seraient érigées si elle allait de l'avant avec l'entente européenne.

Kiev a aussi évoqué les conditions sévères imposées par le Fonds monétaire international pour secourir son économie. La détention continue de l'ancienne première ministre Ioulia Timochenko est aussi un irritant entre l'Ukraine et l'Occident.

Cette dernière a d'ailleurs entamé, lundi, une nouvelle grève de la faim pour inciter le gouvernement Ianoukovitch à signer l'entente. L'annonce a été faite par son avocat, Serhiy Vlasenko.

Les manifestations ont passé la nuit sous la tente, sur une place central de Kiev, et d'autres manifestations sont prévues cette semaine. La patience du gouvernement pourrait toutefois être de courte durée. Le premier ministre Mikola Azarov a déjà prévenu que les autorités ne toléreront pas le genre de manifestations qui a porté les leaders de la Révolution orange au pouvoir en 2004.

Dans une entrevue accordée à la télévision ukrainienne, M. Azarov a déclaré que l'Union européenne n'offrait que «des miettes», tandis que la Russie proposait un rabais sur les importations de gaz naturel, ce que l'Ukraine réclame depuis des années.

PLUS:pc