DIVERTISSEMENT
24/11/2013 11:31 EST | Actualisé 24/01/2014 05:12 EST

«Guy Latraverse - 50 ans de showbiz québécois» : le père de notre show-business se raconte

Agence QMI

Il a jeté les bases du show-business québécois, créé les plus importants spectacles et événements, fondé des institutions, propulsé des artistes au sommet. Son nom évoque les Yvon Deschamps, Diane Dufesne, Robert Charlebois, Claude Léveillée, Claude Dubois. Il rappelle aussi l'ADISQ et les FrancoFolies. Sa passion, son ambition, sa démesure lui valent aujourd'hui le titre de «père» du show-business d'ici. En retour, à 74 ans, il affectionne encore comme à ses débuts cette industrie qui lui doit tout.

Le producteur Guy Latraverse se raconte dans une autobiographie intitulée Guy Latraverse - 50 ans de showbiz québécois, sous la plume du journaliste Daniel Lemay. «J'ai fait tout ce que j'ai fait par amour, a mentionné Guy Latraverse au lancement de l'ouvrage, au début du mois de novembre. Mais, si j'ai accepté de faire ce livre, c'est beaucoup pour démystifier la maladie mentale et encourager les gens à se faire aider.» On sait que Monsieur Latraverse souffre de bipolarité et qu'il a mis sur pied l'organisme Revivre, qui offre du soutien aux personnes atteintes de troubles anxieux, dépressifs ou bipolaires.

Nous avons posé trois questions à Daniel Lemay, qui a écrit l'autobiographie.

Monsieur Lemay, qu'avez-vous appris sur Guy Latraverse en rédigeant son autobiographie?

«On savait déjà que cet homme est un pionnier du showbiz québécois. C'est la personne qui a le plus contribué à monter l'industrie qu'on connait aujourd'hui, avec des tournées, des spectacles-événements, des grands concepts, le maillage entre la télévision et la scène... Avec ce livre, j'ai découvert sa passion, dont j'ignorais l'intensité. Guy se consacrait totalement aux spectacles et aux artistes. Il était heureux quand il y avait du monde dans la salle et que les artistes étaient contents. J'ai aussi découvert un homme d'une générosité immense. Généreux de son temps, de son argent, de son dévouement...»

Il souhaitait sincèrement transmettre son amour des arts et de la culture au public, de toutes les façons imaginables...

«Il a beaucoup fait pour ouvrir le Québec à la chanson française. Il invitait beaucoup de Français et, à un moment donné, il s'est consacré aux artistes québécois qui sont partis à la conquête du monde, les Robert Charlebois, les Diane Dufresne... L'œuvre d'Yvon Deschamps, qui était, hier, la voix qui parlait aux Québécois dans leur langue, de sujets auxquels ils pouvaient s'identifier, était aussi, un peu, l'œuvre de Guy Latraverse. Il avait loué la salle du Théâtre Maisonneuve pour trois mois, en 1967, sans savoir comment il allait la remplir; quelques années plus tard, c'est Yvon Deschamps qui remplissait la salle pendant trois mois consécutifs. Du jamais vu depuis!»

Guy Latraverse nous a confié que, si ce n'avait été de sa bipolarité, il n'aurait sans doute pas accepté de se livrer ainsi. Qu'en pensez-vous?

«Il a vécu et travaillé longtemps en souffrant de cette maladie, de troubles bipolaires. Quand il a été diagnostiqué, en 1985, il y a presque 30 ans, sa vie a complètement changé. Il y a eu l'avant diagnostic, et l'après. Ce sont les deux vies du même homme. Il s'est soigné et s'est ensuite consacré, avec l'association Revivre, à aider les gens qui, comme lui, souffraient de troubles maniacodépressifs, d'anxiété... D'ailleurs, il est toujours président du Conseil d'administration de Revivre. Il a eu un impact énorme sur le mieux-être des gens qui souffrent de ces maux.»

Guy Latraverse et Daniel Lemay seront présents au Salon du livre de Montréal, ce dimanche, de 13h à 14h30, pour échanger avec le public et dédicacer des exemplaires de Guy Latraverse - 50 ans de showbiz québécois. Pour plus d'informations : www.salondulivredemontreal.com.

INOLTRE SU HUFFPOST

La rentrée culturelle (Automne 2013)