POLITIQUE
23/11/2013 05:21 EST | Actualisé 23/01/2014 05:12 EST

Le successeur de Denis Coderre dans Bourassa sera élu lundi

PC

Le successeur de Denis Coderre comme député fédéral sera connu ce soir. Tout comme ceux de trois autres circonscriptions fédérales, les électeurs de Bourassa, circonscription multiethnique du nord de Montréal, seront conviés aux urnes.

Deux candidats d'origine haïtienne sont favoris pour remporter le siège dans Bourassa. Leur défi est de taille : convaincre qu'ils sont le meilleur choix pour remplacer celui qui a été député pendant 16 ans, et qui était très apprécié.

Dans ce fief libéral, le parti a désigné Emmanuel Dubourg pour remplacer Denis Coderre. Haïtien d'origine et député provincial dans Viau pendant six ans, il multiplie les apparitions publiques pour se faire élire.

Le chef libéral, Justin Trudeau, est venu plusieurs fois à Montréal pour aider son candidat durant la campagne. M. Dubourg a provoqué une controverse lorsqu'il a quitté son poste de député provincial pour faire le saut dans l'arène fédérale alors qu'il venait d'être réélu à l'Assemblée nationale. Il a quitté la scène provincial avec une allocation de transition de 100 000 $.

La principale adversaire des libéraux est la candidate du Nouveau parti démocratique (NPD), Stéphane Moraille, ancienne chanteuse du groupe Bran Van 3000. Mme Moraille est elle-même d'origine haïtienne, ce qui constitue un atout dans cette circonscription où près d'un électeur sur cinq est Haïtien. Stéphane Moraille a aussi reçu l'appui de son chef, Thomas Mulcair.

L'arrondissement de Montréal-Nord occupe environ 80 % du territoire de la circonscription de Bourassa, qui se prolonge dans Ahuntsic-Cartierville et Rivière-des-Prairies. Plusieurs groupes ethniques et plusieurs couches sociales s'y côtoient, mais c'est la pauvreté qui domine.

Selon les dernières statistiques, le revenu moyen dans Bourassa est de seulement 26 000 $ par année, et le taux de chômage dépasse les 13 %. Les électeurs veulent qu'on les aide.

« Mettre en place une table des élus regroupant municipal, provincial et fédéral pour traiter des problèmes d'emplois chez les jeunes, la sécurité aussi », propose le candidat libéral Emmanuel Dubourg. « Le commandant de la police, de son côté, me dit que le problème majeur auquel il fait face, c'est la violence conjugale. »

« Au NPD, on veut instaurer un crédit d'impôt à l'embauche de jeunes », avance Stéphane Moraille. « On est en croisade contre les frais de cartes de crédit qui grugent les marges de bénéfices, faut le comprendre. Donc on veut attirer les investisseurs pour employer les gens. »

Ex-président de la Commission scolaire de Montréal et candidat pour le Bloc québécois, Daniel Duranleau est un de ceux qui espèrent brouiller les cartes. Le parti a une bonne organisation, mais il doit travailler fort pour convaincre les électeurs dans ce territoire fédéraliste.

Devant les Haïtiens, il s'engage à essayer de rapatrier des pouvoirs au Québec. « Un seul gouvernement qui a de la cohérence dans ses actions évite ce qui s'est passé suite au tremblement de terre en Haïti », affirme Daniel Duranleau. « Le gouvernement du Québec a été très proactif et Ottawa a travaillé à un rythme beaucoup plus lent. À la fin, ceux qui ont souffert, ce sont les gens. »

Le seul candidat qui ferait partie du gouvernement, advenant son élection, est le conservateur Rida Mahmoud. Il était absent lors du débat des candidats, mercredi. Stephen Harper n'est pas venu l'appuyer pendant la campagne.

D'après le reportage de Jean-Sébastien Cloutier

INOLTRE SU HUFFPOST

Denis Coderre pour les nuls