NOUVELLES
23/11/2013 12:13 EST | Actualisé 23/01/2014 05:12 EST

Effondrement en Lettonie : un « meurtre », selon le président

Le président de la Lettonie, Andris Berzins, estime que l'écroulement du toit d'un supermarché survenu jeudi dernier dans la banlieue de Riga est un « meurtre ».

« Ce dossier devrait être considéré comme un meurtre de nombreuses personnes sans défense et il requiert une réaction appropriée, a dit le chef d'État à la télévision publique LTV. C'est un cas complexe qui ne peut être qualifié de catastrophe naturelle ou de malchance, parce que la nature n'y a joué aucun rôle. »

M. Berzins souhaite que l'enquête soit menée « à la vitesse maximale ».

Le toit du supermarché Maxima s'est effondré sur une surface d'environ 500 mètres carrés, jeudi, alors que le commerce était bondé de clients qui faisaient leurs courses à la sortie du travail. Le deuxième étage s'est ensuite écroulé sur les équipes de sauvetage arrivées les premières sur les lieux.

Le bilan s'alourdit

Deux nouvelles victimes ont été trouvées dans les décombres samedi, portant le bilan officiel à 54 victimes et une quarantaine de blessés. Une dizaine de personnes manqueraient toujours à l'appel.

Par ailleurs, les pompiers et les secouristes ont abandonné la recherche de survivants dans les décombres du supermarché.

« La plus grande partie du site a été inspectée. Mais, les structures restantes comprennent plusieurs blocs énormes, très lourds, particulièrement dangereux », a soutenu la porte-parole des pompiers, Viktorija Sembele.

Enquête en cours

Les enquêteurs tentent toujours de comprendre comment le toit d'un édifice presque neuf, construit en 2011 et sélectionné pour un prix d'architecture, a pu s'effondrer sur lui-même.

Des témoins présents au moment de l'effondrement ont affirmé avoir entendu une explosion avant que le magasin ne soit plongé dans le noir. Certains sont sortis du bâtiment par des trous dans des fenêtres.

« J'étais en train de faire la queue à la caisse quand le toit s'est effondré soudainement. Tout s'est passé en quelques secondes, a raconté Antons Ryakhin, un rescapé de 19 ans. Il faisait sombre, mais il y avait juste assez de lumière pour voir la sortie. Je me suis précipité. Les portes étaient ouvertes, mais beaucoup de décombres tombaient devant. Je pense que c'est pour ça que des gens n'ont pas pu sortir. »

Les policiers travaillent actuellement sur trois hypothèses pour expliquer la catastrophe : la conception du bâtiment, les méthodes de construction et le jardin suspendu en cours de construction sur le toit.

Le groupe Maxima, qui exploitait le centre commercial, affirme avoir entrepris des inspections dans ses 140 supermarchés en Lettonie.

Pays en deuil

Les Lettons ont entamé trois jours de deuil national, samedi, afin de rendre hommage aux victimes de l'effondrement. À Riga, les drapeaux portent un ruban noir en signe de deuil. Une minute de silence est prévue lundi matin.

Il s'agit de la pire catastrophe qu'ait connue la Lettonie depuis son indépendance en 1991.

PLUS:rc