NOUVELLES
22/11/2013 07:37 EST | Actualisé 22/01/2014 05:12 EST

Une militante aborde le scandale Rob Ford du point de vue de la pollution

TORONTO - Aux yeux de la militante Sheila White, le scandale entourant la consommation de crack du maire de Toronto, Rob Ford, comporte un volet jusqu'ici largement ignoré: celui des déchets sauvages.

Mme White estime que le fait d'abandonner divers détritus sur le sol peut entraîner d'autres comportements antisociaux, comme l'acte d'uriner dans un espace public ou celui de fumer du crack.

M. Ford a admis avoir fumé du crack et des documents de la police comprennent certaines photos du maire qui semble uriner sur la place publique.

Selon Mme White, un document des forces de l'ordre a révélé que des bouteilles ont été retrouvées sur le sol dans un parc isolé, quelques instants après que le maire Ford — qui faisait alors l'objet d'une surveillance policière — y eut rencontré un autre homme.

L'abandon de détritus est une infraction largement ignorée, mais c'est un problème qui touche tout le monde puisqu'il se produit dans des endroits publics, a estimé Mme White lors d'une conférence de presse au sujet d'un nouveau rapport sur cette forme de pollution.

PLUS:pc