NOUVELLES
22/11/2013 02:49 EST | Actualisé 22/01/2014 05:12 EST

Trafic de personnes: un tribunal de la Colombie-Britannique acquitte l'accusée

VANCOUVER - Une femme d'affaires tanzanienne accusée d'avoir emmené une jeune fille en Colombie-Britannique pour la faire travailler comme domestique sans la rémunérer a été acquittée des accusations qui pesaient contre elle.

Mumtaz Ladha avait été accusée devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique de trafic de personnes, d'avoir embauché un travailleur étranger sans autorisation ainsi que d'avoir déformé les faits présentés au Haut-commissariat du Canada en Tanzanie et au ministère canadien de la Citoyenneté et de l'Immigration.

La Couronne reprochait à la dame de 60 ans d'avoir menti à la jeune fille, dont le nom est frappé d'une ordonnance de non-publication, et d'avoir ensuite menti aux représentants de Citoyenneté et Immigration Canada pour emmener illégalement la présumée victime en sol canadien au mois d'août 2008.

La juge Lauri Ann Fenlon a toutefois déclaré que les preuves fournies par la jeune fille n'étaient pas crédibles et que la Couronne n'avait pas prouvé que la présumée victime avait été forcée de venir au Canada ou qu'elle travaillait pour la famille de Mme Ladha au pays.

Durant le procès, la poursuite avait affirmé que la jeune fille était à l'emploi d'un salon de coiffure appartenant à Mumtaz Ladha à Dar es-Salaam et qu'elle croyait venir au Canada pour travailler dans un autre salon.

En 2009, la présumée victime avait fui la luxueuse résidence de sa patronne, située dans un quartier cossu de l'ouest de Vancouver, et s'était rendue dans un refuge pour femmes.

PLUS:pc