NOUVELLES
22/11/2013 10:17 EST | Actualisé 22/01/2014 05:12 EST

Chaque pays doit débusquer ses tricheurs avant Sotchi

AFP

ROME - Le président du CIO Thomas Bach a demandé aux comités olympiques nationaux de débusquer les tricheurs avant même les Jeux olympiques de Sotchi en février, rappelant qu'un test positif ternirait l'image de l'équipe entière.

«S'il vous plaît, parlez à vos agences nationales antidopage. Parlez à vos gouvernements. Parlez avec vos fédérations nationales, a déclaré Bach lors d'un discours prononcé devant l'assemblée générale des comités olympiques d'Europe. Faites des tests d'avant-compétition et assurez vous que, à titre de comités olympiques nationaux, vous pourrez être fiers de votre équipe à la fin.

«Vous pouvez gagner autant de médailles que vous voulez aux Jeux olympiques, a ajouté Bach. Mais si vous vous retrouvez avec un cas de dopage impliquant un de vos athlètes qui a du succès, l'image de l'équipe (au complet) sera ternie... Il est donc dans votre intérêt d'arriver à Sotchi avec des athlètes propres.»

Bach a déclaré que le nombre de tests d'avant-compétition en vue des Jeux qui seront disputés du 7 au 23 février a augmenté de 57 pour cent, et que globalement le nombre de tests augmentera de 40 pour cent par rapport aux Jeux d'hiver de 2010 à Vancouver.

«Nous voulons donc faire un grand effort antidopage en ce qui regarde la quantité et — plus important encore — la qualité, a continué Bach, qui a été élu il y a 10 semaines à titre de successeur de Jacques Rogge. Nous aurons des tests plus ciblés, basés sur les profils et les données que nous recevons des agences nationales d'antidopage, des fédérations nationales et des comités olympiques nationaux.»

Bach a applaudi les initiatives adoptées la semaine dernière à la Conférence mondiale antidopage en Afrique du Sud et il a indiqué que d'autres mesures antidopage feront l'objet de discussions à la prochaine réunion du comité exécutif du CIO à Lausanne, en Suisse, le 10 décembre.

Bach a par ailleurs répété que le président de la Russie Vladimir Poutine lui a donné l'assurance qu'en dépit de la nouvelle loi anti-gais dans ce pays, il n'y aurait pas de discrimination à Sotchi.

«Il m'a assuré de nouveau que les principes de la charte olympique s'appliqueront pour tous les participants et dans toutes les enceintes, et qu'il n'y aura absolument aucune discrimination, que ce soit en fonction de la race, de l'orientation sexuelle, de la culture ou sous tout autre forme que ce soit», a dit Bach.

«Je crois qu'il s'agissait là d'un geste important de la part de nos hôtes russes et nous avons hâte de profiter de l'hospitalité russe», a déclaré le président du CIO.

Durant son discours d'une demi-heure, Bach a aussi abordé la possibilité de modifier le processus de candidature pour les JO, de chercher à réduire les coûts d'organisation et d'imposer moins d'exigences aux villes intéressées au départ. Plus tôt ce mois-ci, les compatriotes de Bach ont refusé par référendum que Munich présente sa candidature pour les Jeux d'hiver de 2022, en raison d'inquiétudes financières et environnementales.

«Nous devons nous demander si nous en demandons trop, trop vite aux candidates potentielles, et si nous ne devons pas adopter une approche qui soit davantage sous forme d'invitation, afin que les candidates potentielles nous disent comment ils voient les Jeux olympiques s'insérer dans leur développement local et leur planification à long terme», a-t-il dit.

«De cette façon, nous pourrions créer et avoir une plus grande créativité au sein du processus de candidature olympique. Nous aurions une plus grande diversité dans l'organisation des Jeux, a ajouté Bach. Nous nous assurions du fait que la population serait en faveur de ces Jeux et nous pourrions aussi attirer un plus grande nombre de candidatures à travers le monde.»

Les installations majeures des Jeux olympiques de Sotchi

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.