POLITIQUE
22/11/2013 03:32 EST | Actualisé 22/01/2014 05:12 EST

Pont Champlain: sept mesures pour alléger le trafic

Radio-Canada

Malgré les appels au calme, la tension était palpable, vendredi après-midi, lors de la conférence de presse où le ministre des Transports du Québec, le maire de Montréal et la mairesse de Longueuil ont fait le point sur la situation au pont Champlain, réclamant de nouveau l'accélération du processus devant conduire à la construction d'un nouveau pont.

Une fissure dans une poutre a forcé la fermeture de deux voies de circulation pour une durée indéterminée sur ce lien de grande importance entre l'île et la Rive-Sud. L'achèvement d'un nouveau pont est pour le moment prévu en 2021.

« Nous sommes passés en deuxième vitesse », a déclaré la mairesse St-Hilaire en parlant de ses échanges avec le ministre fédéral de l'Infrastructure, Denis Lebel. « Nous sommes plusieurs à être pris en otages », a-t-elle lancé.

« C'est une situation qui ne pourra pas durer très très longtemps. On a beau être créatif de semaine en semaine, il n'en demeure pas moins que les gens ont besoin qu'on leur trouve des solutions à moyen terme. »

— La mairesse Caroline St-Hilaire

Outre les arguments de la mobilité et de la fluidité, la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, a notamment insisté sur l'importance économique du pont. Un cri d'alarme partagé par Marc Cadieux, de l'Association du camionnage du Québec.

« Plus il y aura de la congestion, plus nous aurons de la difficulté à accéder à l'île de Montréal. Les coûts d'exploitation de nos transporteurs vont exploser », a expliqué M. Cadieux.

Le ministre Sylvain Gaudreault a admis d'emblée qu'il avait eu à « travailler très fort » depuis l'annonce de jeudi soir, annonçant sept mesures supplémentaires visant à pallier les restrictions de circulation sur le pont Champlain. D'autres mesures sont à l'étude, a-t-il ajouté.

Les sept nouvelles mesures

-Maintien de deux voies de circulation dans chaque direction sur le pont Champlain

-Prolongation de la voie réservée entre la rue Marc-Cantin et l'ancien poste de péage en direction de la Rive-Sud

-Reconnaissance des titres des CIT et du RTL sur les trains de banlieue Mont-Saint-Hilaire et Candiac

-Report de travaux au pont Mercier et sur la rue Saint-Antoine, entre Peel et Mansfield

-Ajout d'un service de remorquage en permanence aux deux extrémités du pont Champlain

-Présence permanente d'une autopompe sur l'île des Soeurs

-Ajout de patrouilleurs pour faciliter l'insertion des autobus au pont Champlain après la voie réservée

Mesures maintenues (annoncées le 15 novembre)

-Veille soutenue de la circulation pour apporter des solutions aux endroits problématiques

-Ajout de trois voitures par rame de métro sur la ligne jaune

-Ajout d'une voiture par départ sur les lignes de train de banlieue Candiac et Mont-Saint-Hilaire aux périodes de pointe du matin et du soir

-Ajout de places additionnelles pour le covoiturage au stationnement incitatif Chevrier à Brossard et au terminus Panama

-Priorité aux autobus sur la voie de gauche de la longue bretelle provenant de l'autoroute Bonaventure vers l'autoroute 15 en direction du pont Champlain

-Distribution de titres gratuits OPUS À L'ESSAI aux automobilistes ou utilisateurs occasionnels du transport en commun

-Prolongation de la plage horaire des voies unidirectionnelles sur le pont Victoria vers la Rive-Sud de 14 h à 20 h plutôt que de 15 h à 19 h

-Prolongation de l'ouverture d'une troisième voie sur le pont Jacques-Cartier vers Montréal le matin et vers la Rive-Sud le soir et les fins de semaine

Le ministre québécois des Transports a invité les personnes touchées par cette entrave à leurs déplacements à revoir leurs habitudes de transport. « Je dois vous dire que ces mesures supplémentaires, ces voitures supplémentaires de transport collectif, ne sont toujours pas utilisées à leur pleine capacité. Cela représente 7300 places de plus », a soutenu Sylvain Gaudreault, disant avoir « beaucoup de reconnaissance » envers la population de la Rive-Sud.

« En peu de temps, on est capable de se virer de bord et de proposer des solutions. Ça, c'est de la belle nouvelle, parce que c'est de la souplesse, on est capable de s'adapter. Et on va continuer de travailler dans ce sens-là. »

— Le ministre Sylvain Gaudreault

Le ministre Gaudreault a admis qu'il n'y avait rien d'exclu dans le dossier du pont Champlain, et que le gouvernement avait même des scénarios prêts en cas de fermeture complète. « Cependant, je ne suis pas en train de vous dire qu'il y aura fermeture du pont », a-t-il précisé.

Idem pour une éventuelle interdiction de circuler visant les camions lourds. « Tous les scénarios peuvent être envisagés, mais actuellement ce n'est pas un scénario qui est envisagé à court terme », a indiqué le ministre.

« Il ne faut pas qu'on panique aujourd'hui », a pour sa part insisté le maire de Montréal, Denis Coderre. Affirmant qu'il y a « encore de la place » dans les moyens de transport collectif, le maire de Montréal s'est dit soucieux de répondre d'abord aux besoins des automobilistes.

Pour sa part, la mairesse St-Hilaire a salué les mesures mises en place pour favoriser le transport en commun. « Maintenant, c'est à la population aussi d'embarquer dans ces mesures-là. On verra ce que ça donnera. On anticipait le pire au cours de cette dernière semaine, finalement, ça n'a pas été si pire », a-t-elle dit.

Denis Coderre a affirmé que tous les partenaires du Comité Mobilité Montréal étaient en communication et travaillaient en partenariat. M. Coderre a présenté leur approche comme étant « pragmatique », disant qu'ils sont « en mode solution » et non « en mode improvisation ».

« On a l'assurance que les choses vont bien, qu'ils [les autorités fédérales] sont en mode prévention. Donc, aujourd'hui on n'est pas ici pour mettre de l'huile sur le feu, on est ici pour rassurer la population que le pont est sécuritaire et que la chose à faire, c'était la chose à faire. »

— Le maire Denis Coderre

Le maire de Montréal a soutenu que tous voulaient faire avancer le dossier, mentionnant tout de même au passage que la question d'un péage, option favorisée par le fédéral, devrait être discutée.

Un nouveau pont rapidement, demande Marois

Plus tôt, la première ministre du Québec, Pauline Marois, a tenté de se faire rassurante et de montrer que les choses bougent.

« Je ne veux pas nécessairement prendre leur défense, mais ce que je comprends, c'est qu'ils vont faire des travaux importants de consolidation pour éviter justement qu'il y ait des risques qui apparaissent », a déclaré Mme Marois en point de presse, après une annonce sur un investissement dans les autobus électriques.

« Mais ce qui est urgent, cependant, c'est qu'on procède à la construction du nouveau pont, que les plans et devis soient adoptés le plus rapidement possible, a ajouté la première ministre. Nous sommes prêts à collaborer à 100 % avec le fédéral pour que cela aille le plus rapidement possible. »

Pauline Marois a rappelé que le gouvernement du Québec avait déjà fait une proposition incluant l'intégration d'un train léger sur rail au nouveau pont reliant l'île de Montréal à la Rive-Sud.

Lebel défend le travail du fédéral

De son côté, le ministre fédéral de l'Intrastructure, Denis Lebel, a rappelé que le gouvernement a investi 380 millions de dollars en entretien du pont Champlain et que le récent rapport Buckland-Taylor évoquait une somme supplémentaire nécessaire de 400 à 500 millions de dollars. « Nous ne le faisons pas de gaieté de cœur », a déclaré le ministre Lebel.

« Pour nous, la sécurité des usagers est notre chose la plus primordiale. On va continuer à le faire et on va mettre à la disposition de la Société des ponts les sommes d'argent nécessaires pour entretenir le pont actuel. »

— Le ministre Denis Lebel

Critiqué par le Nouveau Parti démocratique pour la lenteur des conservateurs à faire avancer le dossier, le ministre Lebel a défendu le travail du gouvernement. « On travaille en amont des problèmes. Dès qu'on voit des problèmes, on s'assure que ce soit fait, a-t-il dit. Je sais que c'est très malheureux pour les gens, mais notre gouvernement fait régulièrement son travail là-dedans. Tous les jours, il y a des inspections deux fois par jour et ça va continuer à se faire. »

« Notre mandat, c'est de donner à la Société des ponts les outils nécessaires, c'est ce que nous faisons », a conclu le ministre.

Le directeur général de la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain, Glen P. Carlin, a indiqué que Transports Canada étudiait la possibilité de devancer la date de construction d'un nouveau pont. « Dans un monde idéal, le plus vite qu'on peut avoir un nouveau pont, on va avoir moins de risques à gérer. L'équipe de Transports Canada qui est chargée de livrer le nouveau pont travaille très fort. La date, néanmoins, est toujours l'année 2021 », a résumé M. Carlin.

« Je bouscule très fort, on travaille très fort pour rapetisser cette période-là, au départ 10 ans annoncés. On travaille fort pour ramener ça le plus possible », a indiqué le ministre Lebel.

Des ponts remarquables dans le monde

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.