NOUVELLES
22/11/2013 05:45 EST | Actualisé 22/01/2014 05:12 EST

Le maire de Toronto soutenu par 42% des habitants

CP

MONTRÉAL - Les appuis du maire de Toronto, Rob Ford, n'ont guère fondu malgré les révélations sur ses divers excès, indique un sondage publié vendredi qui le crédite de 42% d'opinions favorables parmi ses administrés.

L'étude réalisée par l'institut Forum Research révèle que les catégories sociales les moins favorisées (52%), moins éduquées (55%) et résidant en banlieue (57%) constituent les plus grands soutiens du controversé édile.

Le sondage a été mené cette semaine auprès d'un échantillon de 1 049 Torontois.

La popularité de M. Ford, qui refuse bec et ongle de se retirer malgré les nombreux appels en ce sens, n'a donc pas pâti des remous à l'hôtel de ville: un coup de sonde similaire effectué il y a deux semaines donnait 44% d'opinions favorables au maire de 44 ans.

M. Ford a notamment reconnu avoir consommé du crack il y a un an, lors d'un de ses "moments d'ébriété" s'était-il justifié, en plus d'avoir reconnu qu'il avait acheté de la drogue depuis son élection. Ses aveux font suite aux révélations de la police locale qui a mis en lumière sa proximité avec le crime organisé.

En réaction, le conseil municipal de la quatrième ville d'Amérique du Nord a voté plusieurs motions lundi qui ont transféré le pouvoir exécutif du maire à son numéro 2, Norm Kelly.

Cette initiative, comparée à un "coup d'état" par M. Ford, est toutefois appuyée par 60% des Torontois, indique le sondage.

En outre, 44% des habitants estiment que des élections municipales anticipées devraient être convoquées (le prochain scrutin est prévu pour octobre 2014) et 49% soutiennent l'idée d'un référendum pour décider si M. Ford doit ou non être destitué.

Rob Ford ne démissionnera pas

Rob Ford avoue avoir fumé du crack

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.