NOUVELLES
22/11/2013 12:03 EST | Actualisé 22/01/2014 05:12 EST

Le secondeur universel

QUÉBEC - De la Gambie à Calgary, en passant par la Suède, le parcours du secondeur Doctor Cassama n'a rien de typique.

Un texte de Antoine Deshaies Twitter Courriel

Le sympathique secondeur des Dinos de Calgary est source d'intérêt tant par ses performances que par sa personnalité.

Cassam a été nommé joueur défensif par excellence dans l'Ouest cette année.

Il a été le meneur de son équipe pour les plaqués et s'est même permis un touché sur un retour d'interception à la Coupe Mitchell, samedi dernier.

Pourtant, quand il est né en Gambie, en Afrique de l'Ouest, rien ne laissait présager qu'il jouerait un jour au football américain.

À 7 ans, lui et sa famille immigrent à Krisitanstad, une ville de 33 000 habitants en Suède. Un déménagement qui ne devait logiquement pas non plus lui faire découvrir le ballon ovale.

« Plus jeune, comme bien des Africains, je jouais au soccer, mais j'étais vraiment mauvais. Je jouais surtout sur le banc. »

C'est à 12 ans qu'il découvre le football en Suède, par hasard, dans un camp d'été. Il n'avait jamais vu de football, et ce, même pas à la télévision.

Un entraîneur le remarque et l'invite à joindre le seul club de la ville, un des rares en Suède.

« J'ai tout de suite adoré le sport, explique-t-il. Pour la première fois, je participais à un sport qui me permettait de frapper un adversaire sans être dans le trouble. Ç'a été un coup de foudre. »

Rapidement, il rêve de jouer pour une université nord-américaine. En 2009, il représente son pays à Canton, en Ohio, au Championnat mondial junior où il se fait remarquer par Blake Nill, entraîneur avec l'équipe canadienne.

« Calgary m'a invité à une visite sur le campus et m'a offert une bourse d'études. C'était exactement ce que je recherchais. Je suis béni grâce à Dieu.

« C'était difficile au début de m'adapter, mais on m'a aidé à améliorer mon anglais. Aujourd'hui, tout va bien. »

Doctor, c'est son nom

Peu importe dans quel pays on naît, le prénom « Doctor » est rarement populaire. En fait, à la naissance, le joueur des Dinos s'appelait Karamo Cassama. Le prénom lui avait été donné en l'honneur de son oncle.

« Mon oncle était un docteur très réputé, il avait même son propre hôpital. Petit à petit, les gens se sont mis à me surnommer "Doctor".

« En Suède, tout le monde m'appelait comme ça. Alors à 14 ans, j'ai légalement fait changer mon nom pour que Doctor devienne mon premier prénom. »

Aujourd'hui, il convient qu'il est ironique de s'appeler Doctor, lui qui cogne aussi dur et qui inflige douleur et ecchymoses à l'adversaire.

« C'est surtout parce que je n'aime pas me faire frapper que je joue en défense », explique-t-il.

Reste à voir s'il saura stopper l'hémorragie si jamais l'attaque du Rouge et Or connaît une autre bonne journée samedi.

PLUS:rc