NOUVELLES
21/11/2013 12:33 EST | Actualisé 21/01/2014 05:12 EST

Harper annonce un soutien de 95 M $ pour la décontamination à Lac-Mégantic

LAC-MÉGANTIC, Qc - Ottawa et Québec se partageront également la facture de la décontamination à Lac-Mégantic, que le gouvernement Marois a évaluée à 190 millions $.

La mairesse de la ville, Colette Roy-Laroche, a accueilli avec soulagement l'annonce du versement d'une aide financière de 95 millions $ en provenance du fédéral, une nouvelle confirmée jeudi par le premier ministre Stephen Harper.

Car si le centre-ville dévasté de Lac-Mégantic commence peu à peu à reprendre forme, il n'est toujours que l'ombre de lui-même: les travaux sont en effet bien loin d'être achevés.

Les excavatrices, grues et autres véhicules lourds défilaient incessamment dans la zone sinistrée de la municipalité, jeudi, sous le ciel gris de novembre, et les ouvriers étaient toujours à pied d'oeuvre.

Mais malgré les efforts herculéens qui sont déployés depuis des semaines, moins de la moitié des sols souillés — environ 40 pour cent — ont été excavés et entreposés.

Et il faudra vraisemblablement compter un minimum de 18 mois pour parachever les travaux de décontamination, a précisé la mairesse Roy-Laroche.

Il y a donc loin de la coupe aux lèvres, a convenu Stephen Harper, qui était de passage pour une troisième fois dans la municipalité estrienne de 6000 habitants pour faire son annonce.

La tragédie du 6 juillet dernier a engendré des «coûts considérables», a-t-il affirmé, se disant ouvert à la possibilité de bonifier le montant en fonction de l'évolution de la situation.

«Bien entendu, nous sommes conscients que les coûts pourraient fluctuer, et nous serons prêts à contribuer davantage», a déclaré M. Harper.

La tâche s'annonce colossale.

Au cours des prochains mois, il faudra restaurer le système d'égout municipal, nettoyer les infrastructures et démolir les bâtiments contaminés par les millions de litres de pétrole s'étant échappés du convoi pétrolier qui a explosé au coeur du centre-ville et fait 47 victimes.

L'aide financière annoncée jeudi par le premier ministre s'ajoute aux 60 millions $ déjà consentis le 22 juillet par Ottawa dans la foulée de la tragédie, a précisé le député conservateur de la circonscription, Christian Paradis.

«On est rendus dans une période assez difficile; il faut continuer et vraiment garder la cadence en termes de travail et d'appui», a fait valoir M. Paradis.

La mairesse Roy-Laroche s'est réjouie de voir Ottawa délier les cordons de sa bourse.

«L'annonce d'aujourd'hui arrive à un bon moment. L'hiver et la période des Fêtes sont à nos portes. Nous avions vraiment besoin d'une bonne nouvelle», a lancé la première magistrate de Lac-Mégantic.

L'arrivée de la saison froide ne mettra toutefois pas fin aux travaux, a précisé le porte-parole de la mairesse, Louis Longchamps.

Les redoux qui surviennent parfois pendant l'hiver pourraient, par exemple, permettre aux ouvriers de continuer à pomper l'eau souillée ou de creuser des tranchées, a-t-il illustré.

De plus, la construction des condos commerciaux progresse bien: la coquille extérieure devrait être complétée à la fin novembre, ce qui signifie que les premiers commerçants pourraient commencer à s'installer en décembre, a affirmé M. Longchamps.

La contribution financière d'Ottawa a été fort bien reçue du côté de Québec, après des mois de tensions entre les deux capitales en ce qui a trait au partage de la facture.

Le ministre des Affaires intergouvernementales, Alexandre Cloutier, était tout sourire en point de presse, estimant avoir obtenu l'assurance que le partage des coûts de décontamination se ferait à part égales.

«On doit être jugé sur le résultat. Le résultat nous apparaît bon», a-t-il dit en ajoutant qu'une nouvelle rencontre entre Ottawa et Québec était prévue «dans les prochains jours» pour concrétiser le transfert d'argent et planifier la suite des choses.

Aucun représentant du gouvernement du Québec n'était présent à l'annonce du premier ministre Harper, ce qui n'a pas semblé inhabituel ou inapproprié aux yeux de Christian Paradis.

«On n'est pas toujours invités aux annonces du gouvernement du Québec, et on ne s'en offusque pas», a-t-il plaidé lorsqu'on lui a demandé d'expliquer l'absence du provincial.

«On est là avec 95 millions $ aujourd'hui, on est présents. On ne veut pas que les citoyens se demandent: 'Qu'est-ce qui se dit entre paliers de gouvernements?' On n'est pas à l'heure des chicanes bureaucratiques. L'argent est là et il est disponible», a-t-il assuré.

PLUS:pc