NOUVELLES
21/11/2013 03:41 EST | Actualisé 21/01/2014 05:12 EST

Coup d'éclat des militants environnementaux à la conférence sur le climat

VARSOVIE, Pologne - Des centaines de militants environnementaux sont sortis de la conférence des Nations unies sur le climat à Varsovie, jeudi, se disant profondément déçus par le manque de résultats obtenus durant la rencontre internationale, qui tire à sa fin.

Vêtus de t-shirts portant le logo «Polluters talk, we walk» («Le pollueurs parlent, nous marchons»), les militants sont sortis du stade national de Varsovie où se tient la conférence, lors de laquelle les pays riches et pauvres débattent de qui devrait faire quoi pour lutter contre les changements climatiques.

La conférence de deux semaines dans la capitale polonaise n'a jamais été considérée comme un événement devant mener à de grandes décisions ou à des avancées majeures, mais les manifestants ont déclaré dans un communiqué que les discussions étaient «en voie de produire virtuellement rien du tout».

Les négociations sont paralysées par les disputes sur le financement devant aider les pays pauvres à développer leur économie de façon plus propre que l'ont fait les pays occidentaux et à faire face à l'élévation du niveau des océans, à la désertification et aux autres conséquences du réchauffement climatique.

Pendant ce temps, des pays émergents comme la Chine et le Brésil semblent résister à la volonté des pays européens, qui veulent fixer à 2014 l'échéance lors de laquelle les pays devront mettre de l'avant leurs engagements en vue d'un nouvel accord sur le climat, qui devrait être adopté un an plus tard.

Susann Scherbarth, de l'organisation Amis de la Terre Europe, a expliqué que le geste d'éclat des militants environnementaux était une expression de leur «frustration» et de leur «déception».

Des organisations environnementales de partout dans le monde participent chaque année à la conférence sur le climat en tant qu'observateurs. Elles organisent souvent des manifestations colorées dans les couloirs de la conférence pour pousser les négociateurs à accélérer le rythme de leurs travaux. L'organisation Réseau action climat décerne notamment le prix du «fossile du jour» lors d'une cérémonie parodique quotidienne qui vise à attirer l'attention sur les pays qui freinent les négociations.

À Varsovie, des militants se sont joints au délégué des Philippines, Naderev Sano, qui a décidé de jeûner durant la conférence en appui aux victimes du typhon Haiyan. M. Sano a déclaré que sa délégation partageait «la colère et la frustration» des manifestants quant au manque de «volonté politique» des négociateurs.

PLUS:pc