NOUVELLES
20/11/2013 02:11 EST | Actualisé 19/01/2014 05:12 EST

Price distribue le mérite

Entre les succès du trio des jeunes, les débats sur le temps d'utilisation de P.K. Subban et les léthargies - peut-être terminées - de David Desharnais et Max Pacioretty, les réflecteurs se sont arrêtés sur plusieurs acteurs différents du Canadien depuis le début de la saison.

Un texte de Guillaume Lefrançois Twitter Courriel

Discrètement, Carey Price en a profité pour connaître un début de parcours au-delà des attentes, après une fin de saison 2013 inquiétante pour plusieurs.

Après la victoire de 6-2 de mardi contre le Wild du Minnesota, le dossier de Price montre maintenant une bien modeste fiche de 8-8-2, mais surtout, une efficacité de ,935, bonne pour le 4e rang dans la Ligue nationale (10 départs minimum). Sa moyenne de 2,05 n'est pas vilaine non plus.

Pour Price, par contre, ce départ reflète davantage la qualité du jeu défensif devant lui. Le Canadien vient en effet au 1er rang de la LNH pour les tirs bloqués (427), une statistique qui fait mal paraître l'unité offensive de l'équipe, mais qui témoigne aussi d'un souci des joueurs de protéger leur gardien.

« Ça ne part pas tout de moi, a expliqué Price à l'issue de l'entrainement optionnel de mercredi, à Brossard. J'ai reçu beaucoup d'aide de mes coéquipiers, mais oui, on travaille beaucoup aussi avec Stéphane (Waite, l'entraîneur des gardiens), on travaille tous les jours sur de petits détails et ça semble rapporter. »

Price rappelle d'ailleurs promptement que l'attention portée au jeu défensif fait également bien paraître Peter Budaj, dont la moyenne (1,48) et l'efficacité (,945) sont plutôt sublimes.

Le Tricolore n'a toujours pas accordé plus de 4 buts dans une rencontre, et ce, après 22 matchs. Et dans 16 de ceux-ci, l'adversaire a été limité à 2 buts ou moins.

« Notre constance est le résultat de tout le monde qui achète un style de jeu plus défensif, croit Price. Ça a rapporté des dividendes pour moi et pour Budaj. »

Un mois pour convaincre

La lutte pour une place au sein de l'équipe olympique canadienne restera donc intéressante à suivre. Price faisait partie des cinq gardiens invités au camp d'orientation de l'été dernier, ce qui sous-entend qu'il faisait partie des cinq favoris pour dénicher un des trois postes.

Jusqu'ici, l'athlète de 26 ans n'a rien fait pour perdre du terrain, d'autant plus qu'il affiche une meilleure moyenne et une meilleure efficacité que Roberto Luongo, Mike Smith, Corey Crawford et Braden Holtby, les quatre autres hommes masqués invités à Calgary, en août.

À un peu plus d'un mois du dévoilement de la formation, Price refuse de voir trop loin dans l'avenir.

« Je n'ai pas d'objectif plus lointain que le match suivant. C'est quelque chose dont j'ai parlé avec Stéphane et on veut garder ça ainsi.

« (Pour Sotchi), ça se décidera match après match. C'est un de mes buts à long terme, mais pour y parvenir, je dois l'aborder étape par étape. »

Price a certainement brillé quand il le fallait pour attirer l'attention du DG d'Équipe Canada, Steve Yzerman. Il l'a fait la semaine dernière, en arrêtant 44 rondelles contre le Lightning d'Yzerman, dans une défaite de 2-1.

Et il aura une nouvelle chance de se mettre en valeur samedi, si Michel Therrien lui confie le filet. Les Penguins de Pittsburgh seront en effet les visiteurs, et Marc-André Fleury, ignoré cet été, mais 3e gardien aux Jeux de Vancouver, connaît lui aussi un début de saison inattendu (12-6-0, 2,00) après des séries 2013 terminées en queue de poisson. En voilà un qui pourrait faire réfléchir Yzerman s'il maintient la cadence.

« J'ai appris à le connaître en tant que personne pendant le lock-out, rappelle Price au sujet de Fleury. Il a beaucoup de talent et pour un gardien, la confiance fait foi de tout. Quand tu la retrouves, avec le talent qu'il possède, ses résultats ne sont pas surprenants. »

À noter

  • Outre Price et Budaj, cinq patineurs ont participé à l'exercice optionnel mercredi matin : le défenseur Douglas Murray et les attaquants George Parros, Travis Moen, Michaël Bournival et Ryan White.

PLUS:rc