POLITIQUE
20/11/2013 11:08 EST | Actualisé 20/01/2014 05:12 EST

Le ministre Marceau défend sa gestion des finances en commission parlementaire

PC

Le ministre des Finances du Québec, Nicolas Marceau, a été obligé de répondre aux questions des députés devant la commission des finances publiques mercredi après y avoir été convoqué par une citation à comparaître.

L'opposition accuse le ministre Marceau de « se défiler » au sujet des finances publiques, justifiant ainsi la convocation par « subpoena », une mesure exceptionnelle.

Les partis d'opposition exigeaient donc que le ministre ait en main les informations financières de tous les organismes extrabudgétaires et fonds spéciaux du gouvernement qui représentent 30 milliards de dollars par année.

Le ministre Marceau, qui a fourni les documents requis mercredi, a défendu sa gestion des finances, rappelant au passage que les informations demandées par l'opposition ont nécessité 200 jours. « Refaire cet exercice chaque mois représenterait l'embauche de huit personnes à temps plein, et ce, sans compter les efforts des organismes dont on parle ici », a-t-il affirmé.

Retour à l'équilibre budgétaire

Par ailleurs, les libéraux ont déposé mercredi une motion qui demande que l'Assemblée nationale exige du gouvernement un plan de retour à l'équilibre budgétaire, un an après le dépôt du premier budget.

En commission parlementaire, le ministre Marceau a reconnu que les revenus sont moins importants que prévu, rendant plus difficile l'atteinte du déficit zéro, mais il estime qu'en « matière de contrôle des dépenses, aucun gouvernement n'a fait mieux ».

Répondant à une question du député libéral Sam Hamad, Nicolas Marceau a tout de même admis qu'en date du 31 juillet, le déficit atteignait 2,3 milliards de dollars selon le rapport mensuel des opérations financières. Mais la situation peut se redresser d'ici mars prochain, a-t-il précisé.

Le ministre Marceau a par ailleurs maintes fois assuré que le gouvernement présentera bientôt une mise à jour qui brossera le plus récent portrait des finances publiques.

Parlant devant la commission en après-midi, le vérificateur général du Québec a pour sa part affirmé que son rapport sur la mise à jour économique du gouvernement ne pourra pas être déposé avant février à l'Assemblée nationale.

Plus tôt en matinée, le chef libéral Philippe Couillard s'est dit inquiet de l'état des finances publiques pour l'année en cours et la suivante, ajoutant que les libéraux ne font pas encore du retour à l'équilibre une condition de leur appui au prochain budget.

Cette annonce a semblé surprendre autant la Coalition avenir Québec (CAQ), moins flexible sur la question de l'équilibre budgétaire que le ministre Marceau.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le conseil des ministres de Pauline Marois