NOUVELLES
20/11/2013 03:57 EST | Actualisé 20/01/2014 05:12 EST

Négociations à Radio-Canada: offre finale déposée et assemblée à venir

MONTRÉAL - Alors que la direction de Radio-Canada vient de déposer une offre «globale et finale» en vue du renouvellement de la convention collective, son Syndicat des communications la juge déjà inacceptable.

Les membres du Syndicat des communications de Radio-Canada sont d'ailleurs convoqués à une assemblée générale, le samedi 30 novembre, pour se prononcer sur cette offre. «Le comité de négociation, lui, est unanime à dire que cette offre-là est inacceptable», a confié en entrevue Alex Levasseur, du Syndicat des communications de Radio-Canada.

Cette négociation a cours alors que se déroule en parallèle, devant le Conseil canadien des relations industrielles, un long processus touchant la fusion de quatre accréditations syndicales de Radio-Canada, demandée par la partie patronale.

Entre-temps, la direction de Radio-Canada a déposé mardi son offre qu'elle qualifie de globale et finale pour ce qu'elle appelle une convention de transition.

Elle propose ainsi une augmentation des salaires de base de 1,4 pour cent rétroactive au 4 mars 2013, puis une autre augmentation de 1,4 pour cent à compter du 3 mars 2014. L'offre comporte aussi l'implantation d'un plan dentaire et des propositions touchant la charge de travail, ainsi que la création de postes permanents.

Un vieux litige concernant des disparités de rémunération entre les syndiqués de la Guilde canadienne des médias et du Syndicat des communications de Radio-Canada persiste toujours. La direction soutient qu'une telle disparité n'existe pas, alors que le syndicat des communications affirme l'inverse, s'appuyant sur une étude qu'il a commandée.

«Cette proposition témoigne de la volonté de CBC/Radio-Canada d'en venir à une entente et de répondre le mieux possible aux attentes exprimées par les employés», indique la direction, dans un communiqué diffusé mercredi. Elle qualifie son offre de «meilleur compromis dans les circonstances».

Deux médiateurs spéciaux ont déjà été affectés au dossier.

M. Levasseur, quant à lui, espère que ses membres, lors de l'assemblée générale, «vont dire non à ces offres-là de façon très massive et très forte».

PLUS:pc