NOUVELLES
20/11/2013 02:01 EST | Actualisé 20/01/2014 05:12 EST

Les négociations commerciales entre le Canada et la Corée du Sud vont reprendre

OTTAWA - Le Canada et la Corée du Sud retournent à la table de négociation dans le but de relancer leurs entretiens sur un éventuel accord de libre-échange, la semaine prochaine, à la suite d'une interruption de cinq ans.

Des responsables ont confirmé mercredi que les négociateurs canadiens seraient à Séoul du 25 au 29 novembre afin de s'entretenir avec leurs homologues sud-coréens.

Il s'agira de 14e ronde formelle de négociation entre les deux pays, mais de la première depuis mars 2008. À titre de comparaison, les négociations entre le Canada et l'Union européenne (UE) n'ont nécessité que neuf rondes formelles.

Les négociations se sont retrouvées dans l'impasse en 2008, après que Séoul eut interdit les importations canadiennes de boeuf à cause de la vache folle. Cette interdiction a cependant été levée plus tôt en 2012.

Un responsable canadien a affirmé que les réunions de la semaine prochaine permettraient de déterminer si les négociations pouvaient reprendre là où elles avaient cessé et si de nouvelles avenues pouvaient être explorées afin de progresser.

Des analystes estiment qu'une entente couronnée de succès impliquerait certainement un échange entre les secteurs automobile et agricole, les Sud-Coréens cherchant à obtenir l'entrée hors taxes de leurs véhicules Kia et Hyundai au Canada. Les producteurs canadiens de porc et d'autres aliments souhaitent quant à eux accroître leur présence sur le marché d'un pays comptant 50 millions d'habitants.

Le secteur canadien de l'automobile s'oppose à toute entente qui augmenterait la concurrence faite aux véhicules construits au pays et il s'est plaint des restrictions imposées par l'industrie sud-coréenne.

La Corée du Sud est parvenue à signer des accords de libre-échange avec les États-Unis et l'UE pendant que ses entretiens avec le Canada étaient bloqués.

Bien que le gouvernement fédéral ait entrepris des négociations commerciales avec le Japon et l'Inde, et qu'il prenne part aux négociations du Partenariat transpacifique, une entente avec la Corée du Sud serait perçue comme un pas important vers un accès accru au lucratif marché asiatique, qui compte les économies à la croissance la plus rapide au monde.

La Corée du Sud est actuellement le septième plus important partenaire commercial du Canada et son troisième en importance en Asie, après la Chine et la Japon, avec des exportations de près de 4 milliards $ l'an dernier.

PLUS:pc