NOUVELLES
20/11/2013 09:09 EST | Actualisé 20/01/2014 05:12 EST

Le tueur en série et suprématiste Franklin exécuté aux États-Unis

Un tueur en série qui faisait la promotion de suprématies raciales a été exécuté tôt, mercredi, dans un pénitencier du Missouri, aux États-Unis. Il était âgé de 63 ans.

À peine quelques heures avant la mise à mort de Joseph Paul Franklin, une cour fédérale américaine avait avalisé l'exécution qui avait précédemment été suspendue. En effet, un tribunal inférieur avait jugé que le contentieux sur le protocole d'exécution par injection devait d'abord être résolu.

Joseph Paul Franklin avait été reconnu coupable de plusieurs meurtres et condamné à quelques peines d'emprisonnement à perpétuité. Il a séjourné dans le couloir de la mort pendant une trentaine d'années.

Il a aussi été lié à deux tentatives de meurtre de personnalités connues: l'activiste des droits civils Vernon Jordan Jr, et l'éditeur de magazines pour adultes Larry Flynt.

L'attentat contre M. Flynt, commis en 1978 en Georgie, l'a laissé paralysé au bas du corps pour le reste de sa vie. M. Flynt a tenté de faire annuler l'exécution de l'accusé, parce qu'il ne croit pas que la peine de mort soit un bon moyen de dissuasion.

L'avocat de Franklin avait tenté à trois reprises de faire appel, sans succès : d'abord en avançant que sa vie devait être épargnée parce qu'il souffre d'une maladie mentale; puis en alléguant que le jury avait reçu de mauvaises directives lorsqu'il a été condamné à la peine de mort; et enfin, en soulevant des inquiétudes devant l'utilisation du pentobarbital pour la première fois au Missouri.

Comme plusieurs autres États, le Missouri a longtemps utilisé une méthode d'exécution nécessitant trois produits différents. Les compagnies pharmaceutiques ont cependant cessé de vendre ces produits aux établissements correctionnels, de sorte qu'en avril 2012, le Missouri a annoncé l'utilisation d'une nouvelle méthode ne nécessitant qu'un seul produit, le propofol.

Mais le gouverneur Jay Nixon a ordonné au département correctionnel du Missouri de trouver un nouveau médicament à utiliser après que l'Union européenne eut menacé de limiter l'exportation du populaire anesthésique si les États-Unis commençaient à l'utiliser pour ses exécutions, suscitant la colère des professionnels de la santé américains.

Le Missouri et d'autres États ont donc choisi le pentobarbital pour ses exécutions. Le Texas a adopté une méthode utilisant une seule dose du sédatif en 2012. Le Dakota du Sud a déjà fait deux exécutions avec ce médicament, et la Georgie s'apprête à emboîter le pas avec cette méthode.

Associated Press 

PLUS:rc