NOUVELLES
20/11/2013 07:11 EST | Actualisé 20/01/2014 05:12 EST

Des éducatrices voilées intégralement à Verdun

Une photo montrant des éducatrices qui portent le niqab, un voile islamique intégral, a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux, mercredi. Ces femmes travaillent dans une garderie privée non subventionnée de Verdun. Elles ne sont donc pas ciblées par le projet de loi de charte des valeurs et de la laïcité du gouvernement péquiste.

La garderie appartient à un couple, dont la femme est l'une des deux éducatrices voilées sur la photo. Lorsque cette ex-étudiante en génie de l'Université McGill a décidé d'enfiler le niqab, son conjoint, un musulman modéré, s'y est opposé. Il l'a finalement appuyée dans sa démarche spirituelle et son projet de garderie.

L'autre éducatrice voilée est une jeune Québécoise qui étudie en intégration des immigrants à l'UQAM.

Les deux femmes ne portent pas le voile à l'intérieur de la garderie.

Des parents tolérants

Les parents qui y envoient leur enfant voient du positif dans le fait d'exposer leur enfant à la différence.

« Je trouve que les éducatrices sont formidables, pleines d'amour, intelligentes, bien éduquées et c'est ce qui m'importe pour ma fille », affirme Amanda Gibeault.

Le PQ, la CAQ et QS lancent un appel au « bon sens »

Le ministre Bernard Drainville espère que même si la charte ne s'applique pas aux garderies privées, les propriétaires demanderont à leurs éducatrices de travailler à visage découvert. « Il me semble que ce serait normal, raisonnable, que c'est plein de bon sens et que c'est respectueux pour les parents et les enfants. »

« J'espère que c'est unanime au Québec qu'on ne commencera pas à avoir des éducatrices qui sont à visage couvert », a pour sa part commenté le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault.

Même son de cloche chez Québec solidaire. Par voie de communiqué, la co-porte-parole du parti Françoise David a déclaré : « Les éducatrices en garderie doivent travailler à visage découvert. C'est une exigence pédagogique et de communication. Ce principe est non négociable pour Québec solidaire. »

Avec des informations d'Émilie Dubreuil

PLUS:rc