NOUVELLES
20/11/2013 01:12 EST | Actualisé 19/01/2014 05:12 EST

Chauffeur de taxi assassiné, ses collègues en état de choc 

Un chauffeur de taxi de 45 ans a été assassiné un peu avant minuit, mardi, dans l'arrondissement Côte-des-Neiges, à Montréal. L'homme, d'origine algérienne, a été agressé après avoir répondu à l'appel d'un client.

C'est le choc chez les chauffeurs de taxi de la métropole. La victime, un père de famille, travaillait pour la compagnie Diamond depuis plusieurs années.

Denis Laramée, porte-parole de l'entreprise, rencontré sur les lieux du drame raconte :

« Vers 23 h 45 hier soir, il semble y avoir eu plus qu'un appel de logé dans notre centre de répartition. Le taxi se rend là, embarque une ou des personnes et se dirige par la suite ici plus ou moins en ligne droite. Trente minutes après, un appel est logé au 911 par probablement un résident qui a vu l'accident ».

Les policiers ont d'abord cru qu'il s'agissait d'un accident de circulation, car la voiture taxi a embouti une autre voiture, une camionnette qui était stationnée. C'est à ce moment qu'on a retrouvé le chauffeur, dans son véhicule, inconscient. Les policiers ont constaté que la victime avait subi des blessures qui n'avaient rien à voir avec l'accident. On ne peut pas dire pour le moment que les blessures ont été faites avec une arme à feu.

Les policiers rencontrent des témoins. Il n'y a aucun suspect pour le moment. et on ne connaît ni les circonstances, ni les motifs du crime.

« Présentement, nous sommes à déterminer quel type d'arme a été utilisé. Il y aura une autopsie qui va être pratiquée, qui va nous aider à confirmer la cause ou le type d'arme utilisé. Nous faisons aussi des recherches afin de localiser la possible arme. On parle d'un conducteur à bord d'un véhicule, à savoir si des gens se trouvaient avec lui quelques instants avant, c'est à déterminer », a déclaré, Raphaël Bergeron de la police de Montréal.

Le porte-parole de Taxi Diamond, Denis Laramée, affirme que les chauffeurs sont souvent victimes d'agressions. « (...) il y a à toutes les semaines l'utilisation du bouton d'urgence qui nécessite la présence de policiers de façon immédiate, où un chauffeur se sent en danger de mort immédiate ».

Sur les lieux, nous avons aussi rencontré Rabia Lebcir, qui comme la victime, est d'origine algérienne.

« Pour moi c'est un choc parce que j'ai reçu un appel parce que j'ai la même chose, j'ai une Hyundai Sonata. Y a beaucoup de gens qui pensaient que c'était moi. Il y a quelqu'un qui m'a dit que selon un garagiste qu'il connaît qu'il était un super bon gars. Il était très doux et très gentil ».

M. Lebcir dit que c'est le deuxième compatriote depuis 2010 qui perd la vie en conduisant son taxi.

Le chauffeur n'était pas connu des policiers.

Il s'agit du 28e meurtre à être commis cette année sur l'île de Montréal.

D'après le reportage de Marc Verreault

PLUS:rc