POLITIQUE
19/11/2013 06:15 EST | Actualisé 19/01/2014 05:12 EST

Le vérificateur général propose de vérifier les dépenses au Parlement

CP

OTTAWA - Le vérificateur général du Canada appelle à une révision indépendante des dépenses des parlementaires — et s'offre pour accomplir le travail lui-même.

Michael Ferguson a affirmé, mardi, à un comité de la Chambre des communes, qu'une révision par une entité indépendante améliorerait l'imputabilité des parlementaires et augmenterait la confiance du public ébranlée par le scandale des dépenses inappropriées au Sénat.

M. Ferguson témoignait devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre (PROC), qui revoit la manière avec laquelle les dépenses sont surveillées et vérifiées aux Communes.

Citant les scandales des dépenses politiques au Royaume-Uni, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador, le vérificateur général a argué que la reddition de comptes au Parlement canadien est trop faible. Il a incité les parlementaires à se pencher sur les correctifs apportés dans ces juridictions.

M. Ferguson a offert d'effectuer la révision lui-même, soit à titre de vérificateur général pour la Chambre des communes, ou même à titre consultatif.

Il a affirmé que son bureau pourrait s'accaparer de cette responsabilité sans nécessairement requérir davantage de ressources.

Son bureau avait été appelé précédemment à effectuer un audit à une seule reprise de l'administration des finances de la Chambre des communes, qui inclut la révision d'un petit échantillon des réclamations de dépenses des parlementaires.

Le rapport de M. Ferguson, publié en juin 2012, avait démontré un taux de conformité relativement élevé à 98,5 pour cent.

Mais le vérificateur général a dit croire que les Canadiens avaient droit à plus de certitude sur la dépense appropriée de l'argent des contribuables, ce qui serait seulement possible, selon lui, grâce à la surveillance routinière par une entité indépendante plutôt que par les politiciens eux-mêmes.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) a appelé au remplacement de l'entité actuelle, le Bureau de régie interne, constitué de parlementaires.

Les controverses du Sénat

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.