NOUVELLES
19/11/2013 08:49 EST | Actualisé 19/01/2014 05:12 EST

Les Steelers encore dans le portrait après deux victoires cruciales

PITTSBURGH, États-Unis - Les Steelers (4-6) viennent de signer des gains à domicile contre Buffalo et Detroit pour se placer dans la course aux éliminatoires, même si c'est en queue de peloton.

«Nous estimons avoir une bonne équipe, mais les gens pointent notre fiche et nous disent qu'il en est autrement, a dit l'ailier espacé Jerricho Cotchery. Nous devons tout simplement continuer de lutter, après quoi nous verrons bien ce qui va arriver. Il faut garder notre élan.»

Cotchery concède que la marge d'erreur est non-existante, mais le reste du calendrier laisse planer l'espoir, si on continue de se démarquer.

Le premier défi sera le match de dimanche à Cleveland (4-6), contre des Browns qui auront tout autant le sentiment d'urgence. Les deux clubs vont s'affronter à nouveau pour conclure la saison régulière le 29 décembre, au Heinz Field.

Les autres rivaux seront les Ravens (4-6), les Dolphins (5-5), les Bengals (7-4) et les Packers (5-5).

Les Jets (5-5) sont présentement sixièmes dans l'Américaine, mais les Steelers les ont battus aux Meadowlands en octobre.

Le ciel était bien sombre à Pittsburgh à mi-chemin de la saison, après qu'un revers de 55-31 contre les Pats ait porté le dossier de l'équipe à 2-6. Mais après avoir battu les Bills, les Steelers ont continué dans le droit chemin face aux Lions.

Et dans ce gain contre Detroit, le point tournant est peut-être survenu lors du dernier quart, quand les Steelers étaient acculés à leur ligne de trois, au début de la période.

Confronté à un troisième essai et neuf, Ben Roethlisberger a rejoint Antonio Brown pour un gain de 16 verges et cela a donné le coup d'envoi d'une montée fructueuse de 16 jeux et huit minutes, ponctuée par un touché qui a donné les devants aux Steelers, en route vers une victoire cruciale de 37-27.

Les Steelers n'ont pas raté les éliminatoires deux années de suite depuis les saisons 1998 à 2000. Ils n'y étaient pas au terme de leur campagne de 8-8 en 2012.

«Nous devons être forts mentalement, a dit le demi de coin Ike Taylor. Nous savons que ce n'est pas comment vous amorcez la saison, mais comment vous la finissez.»

PLUS:pc