POLITIQUE
19/11/2013 02:55 EST | Actualisé 19/01/2014 05:12 EST

La moitié des Canadiens pensent qu'ils seront encore endettés à la retraite (SONDAGE)

shutterstock
senior with laptop focus on...

TORONTO - Environ la moitié des Canadiens croient qu'ils seront encore endettés au moment de prendre leur retraite, selon un nouveau sondage de la Banque Manuvie du Canada.

Quarante-neuf pour cent des Canadiens ont dit croire qu'ils auraient encore des dettes à la retraite, incluant des dettes hypothécaires, contre 51 pour cent ayant dit pouvoir se libérer de leurs dettes avant la retraite, permettent de constater les résultats de ce sondage, rendus publics mardi.

Plus de la moitié (57 pour cent) des personnes sondées ont dit être insatisfaites de la façon dont elles ont géré leurs dettes au cours de la dernière année, même si plus de trois sur quatre considèrent le remboursement de toutes leurs dettes comme étant l'une de leurs principales priorités financières.

Manuvie a également demandé aux répondants quelles stratégies ils utilisaient pour gérer leurs dettes efficacement. Soixante-et-un pour cent ont affirmé effectuer des versements supérieurs au minimum requis pour rembourser leurs dettes, tandis que les deux tiers ont déclaré qu'ils payaient toujours la totalité du solde de leur carte de crédit.

Quarante-trois pour cent ont expliqué établir un budget par écrit pour faire le suivi et la gestion de leurs dépenses, et environ le quart des répondants ont déclaré ne pas employer la stratégie énoncée, mais avoir l'intention de le faire au cours de l'année à venir.

Le sondage de Manuvie a été mené du 10 au 20 septembre par la société Research House auprès de 2132 propriétaires canadiens de toutes les provinces, âgés de 30 à 59 ans et dont le ménage a un revenu supérieur à 50 000 $.

L'Association de la recherche et de l'intelligence marketing (ARIM), association sans but lucratif qui représente tous les aspects de l'industrie du sondage, estime que les enquêtes en ligne ne peuvent présenter une marge d'erreur définitive en raison de leur méthode d'échantillonnage non aléatoire.

L'économie canadienne en terrain miné

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.